5Gafp2
d-20200331-GFPUA7 2020-03-31 12:19:24
5G-afp-2
patricia-prudente-qesmllxamws-unsplash
Bewell-Solution-1068x668
wes-hicks-4-eetnac1s4-unsplash
d-20160208-G5TVX7 2017-04-26 23:47:27
p5-1068x601
© EPA/RITCHIE B. TONGO
d-20180321-3L79WD 2018-03-21 22:31:54
wc
smartphone-afp-1-1068x601
ITALY-HEALTH-VIRUS
BELGAIMAGE-161474186
QSDFGHJ.
5G-afp-1068x712
Le choix de la rédaction
  1. 01

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: une situation en mode «copier-coller» (infographies)

  2. Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards dans cette crise.

    Le Covid-19 va coûter de 5 à 7 milliards aux hôpitaux

  3. d-20200515-GG6ZQ3 2020-05-19 22:16:59

    Horeca, tourisme, écoles: pression maximale sur le calendrier de déconfinement

La chronique
  • Quand les journalistes l’emportent sur les intellos

    Victoire des journalistes sur les intellectuels par 4 à 0 ! Il m’est arrivé de critiquer durement notre système médiatique. Or, pour la première fois, à l’occasion de la crise pandémique paroxystique que nous vivons, la réaction médiatique collective, du moins dans la presse écrite, a écrasé les différentes manifestations de l’expression purement intellectuelle.

    En d’autres termes, alors que les journalistes, reporters, investigateurs, commentateurs, analystes, dans des conditions parfois infernales, se sont généralement surpassés, la plupart des philosophes, sociologues, essayistes en sciences humaines, économistes (je prends Le Monde et Le Figaro comme références), ont fait assaut, à la fois d’auto-enfermement dogmatiquement satisfait et de jargonnesque et arrogant contentement de soi. Avec, d’un côté, l’omniprésence des tenants d’une gauche radicale dingue et, de l’autre, les tenants d’une droite radicale dingue, les uns et les autres confinés dans leur case, sans la moindre passerelle, sans la moindre esquisse d’échange ou de dialogue....

    Lire la suite

  • Crise politique: un an après les élections, il faut se mouiller!

    C’était donc il y a un an, jour pour jour. Chaque jour de crise politique depuis ces élections nous a paru bien long. Mais depuis la mi-mars, cela a pris des allures d’éternité. La différence entre le 26 mai d’alors et celui d’aujourd’hui est simple mais énorme : les citoyens, les gens, les Belges, Flamands comme francophones, n’attendent désormais plus qu’une chose de la politique : qu’elle ne soit pas un problème. Ils en ont désormais plus qu’assez avec les leurs.

    Quels partis ? Un...

    Lire la suite