Accueil Médias

L’empire en pire

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 1 min

Finalement, bien fait pour eux, tiens ! Tristes à mourir, les Guignols, en gros, ce n’était plus que 5 minutes, vers 20h35, sans direct, sans public, sans audience et sans âme. Une parodie pathétique en sursis depuis trois années d’agonie, sous régime Bolloré. « Grande Saigneur », comme on le baptise en coulisses, l’industriel breton, a redessiné l’organigramme de la chaîne cryptée à la hache, dézingué la moitié des cadres, obtenu le scalp d’Yves Rolland, père fondateur des Guignols qu’il jugeait « ringards » et « clivants », regretté le départ d’Eric Zemmour, injecté les clones en latex – triste cire – de Justin Timberlake et Kim Kardashian. Et paruchuté ses « marionnettes » à tous les étages du groupe. Au passage, Vincent Bolloré a aussi réussi à raviver le spectre d’une mise sous coupole politique de ses médias à coups de dé-programmations de magazines d’investigation prévus par l’ancienne direction. En 2015, le patron de l’empire avait prévenu : il aurait le « final cut ». Jusqu’à sonner le glas de l’esprit Canal.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs