Quelque 60.000 gourmands à la 5e édition du Brussels food truck festival

©Photonews
©Photonews

Quelque 60.000 visiteurs se sont rendus à la cinquième édition du Brussels Food Truck Festival, qui accueillait 80 stands de jeudi à dimanche boulevard Albert II, ont indiqué les organisateurs qui mettaient cette année la diversité culinaire à l’honneur.

«  Nous souhaitons pérenniser ce rendez-vous de la gourmandise à Bruxelles en ce lieu étonnant et tellement adapté. Nous avons pour ambition de faire encore mieux l’an prochain, en ajoutant des activités de loisir, pétanque ou autre », a indiqué Fabrice Willot, président du Brussels Food Truck Festival et de la European Food Truck Association.

Plusieurs prix remis

Des prix ont été remis dimanche à quelques exposants dans différentes catégories (notamment « Minute papillon » pour le gourmet award, « Du lard et du cochon » pour le terroir award, « Mille Aerpas » pour le latino award ou encore « Le Bateau D’azad » pour l’oriental award).

Les différents exposants étaient invités à utiliser des contenants biodégradables. A l’issue du festival, les bénévoles du frigo solidaire d’Uccle sont venus chercher les invendus.

L’an dernier, l’événement s’était tenu sur le site de Tour &Taxis et avait attiré 65.000 visiteurs. Pour cette édition 2018, les organisateurs espéraient accueillir 100.000 visiteurs.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite