La plus grande banque d’Australie condamnée à une amende de 700 millions de dollars

©D.R
©D.R

La Commonwealth Bank (CBA), plus grande banque d’Australie, a accepté lundi de payer une amende de 700 millions de dollars australiens (environ 454 millions d’euros) pour mettre fin à des poursuites pour infractions aux législations sur le blanchiment et sur le financement du terrorisme.

Cet accord fait suite à une médiation imposée par la justice entre la banque et le service australien de renseignement financier Austrac. Si l’accord est approuvé par la Cour fédérale, il s’agira de l’amende civile la plus élevée jamais imposée à une entreprise australienne.

Manquements et pratiques défaillantes

La banque, premier prêteur d’Australie et sa première entreprise par la capitalisation boursière, est soupçonnée d’avoir contrevenu plus de 53.000 fois à la législation sur le blanchiment et le financement du terrorisme, en particulier avec ses automates de dépôts d’espèces. En décembre, Austrac a élargi l’affaire à une centaine d’autres infractions présumées. L’accord conclu lundi constitue «  une reconnaissance claire de nos manquements » et doit permettre à la banque «  d’aller de l’avant », a commenté son patron Matt Comyn dans un communiqué, où il a également présenté ses excuses.

Selon le dossier de plainte instruit par l’Austrac, des membres d’une organisation criminelle auraient utilisé de faux noms et documents d’identité pour déposer de l’argent liquide sur des comptes à la CBA. «  Ce dossier montre que des criminels exploitent les pratiques défaillantes des entreprises pour blanchir les fruits de leurs crimes », a souligné la cheffe d’Austrac, Nicole Rose. «  Ceci a des conséquences concrètes sur la vie quotidienne des Australiens et fait courir un risque à la population en augmentant les possibilités, pour les terroristes, de commettre des attaques ici et à l’étranger », a-t-elle ajouté.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite