Le groupe Bayer annonce la suppression de la marque Monsanto

©D.R
©D.R

Le groupe allemand de pharmacie et d’agrochimie Bayer compte supprimer la marque Monsanto après l’acquisition du géant américain des OGM et des pesticides, a-t-il annoncé lundi. Le groupe de Leverkusen a par ailleurs indiqué qu’il comptait boucler le 7 juin son rachat de Monsanto valorisé près de 63 milliards de dollars, précisant que toutes les autorisations nécessaires des régulateurs ont été obtenues.

«  Bayer demeurera le nom de l’entreprise. Monsanto en tant que nom d’entreprise ne sera pas maintenu », indique un communiqué de Bayer publié lundi. Les marques des produits vendus par Monsanto vont en revanche subsister.

Produits néfastes pour l’environnement

Aucune justification n’est donnée par Bayer pour la suppression du nom Monsanto, alors que depuis l’annonce du projet de mariage avec l’américain à la mi-2016, les défenseurs de l’environnement ont fait pression sur les autorités en organisant des protestations et manifestations à travers le monde. Ces derniers associent le nom de Monsanto à l’utilisation de produits agricoles jugés néfastes à l’environnement. Un débat est en cours en France sur une interdiction du glyphosate d’ici 2021, le principe actif du Roundup de Monsanto.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite