Le groupe Bayer annonce la suppression de la marque Monsanto

©D.R
©D.R

Le groupe allemand de pharmacie et d’agrochimie Bayer compte supprimer la marque Monsanto après l’acquisition du géant américain des OGM et des pesticides, a-t-il annoncé lundi. Le groupe de Leverkusen a par ailleurs indiqué qu’il comptait boucler le 7 juin son rachat de Monsanto valorisé près de 63 milliards de dollars, précisant que toutes les autorisations nécessaires des régulateurs ont été obtenues.

«  Bayer demeurera le nom de l’entreprise. Monsanto en tant que nom d’entreprise ne sera pas maintenu », indique un communiqué de Bayer publié lundi. Les marques des produits vendus par Monsanto vont en revanche subsister.

Produits néfastes pour l’environnement

Aucune justification n’est donnée par Bayer pour la suppression du nom Monsanto, alors que depuis l’annonce du projet de mariage avec l’américain à la mi-2016, les défenseurs de l’environnement ont fait pression sur les autorités en organisant des protestations et manifestations à travers le monde. Ces derniers associent le nom de Monsanto à l’utilisation de produits agricoles jugés néfastes à l’environnement. Un débat est en cours en France sur une interdiction du glyphosate d’ici 2021, le principe actif du Roundup de Monsanto.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite