Accueil Société

Des blocs de béton ferment les frontières avec la France

Le bourgmestre David Lavaux fait le buzz avec cette mesure d’ordre. Reportage à Erquelinnes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis quinze jours, Erquelinnes fait le buzz médiatique. «  Nous accueillons encore ce jeudi une équipe de la télévision japonaise  », confie le bourgmestre David Lavaux (CDH). À la base de cet intérêt : la fermeture de 12 des 22 points de passage frontaliers carrossables à l’aide de blocs de béton. «  C’est à la demande des autorités françaises que nous avons procédé au placement de ces blocs  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs