Accueil Opinions Chroniques

La résurrection qui tue

La mise en scène de la mort du journaliste russe Arkady Babtchenko a secoué l’opinion. Le procédé utilisé par les services secrets ukrainiens pour soi-disant déjouer un complot, appelle de nombreuses questions.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Les résurrections, depuis Lazare et Jésus Christ, sont devenues assez rares.

C’est pourquoi la réapparition spectaculaire d’un journaliste russe, précédemment trucidé, a fait sensation. Pas longtemps car, aussi abracadabrantesque qu’il fut, l’événement est déjà oublié. Apparemment. Mais l’empreinte qu’il laissera dans les têtes est considérable.

Rappelons-nous : lorsqu’un ex-agent double russe fut empoisonné en Grande-Bretagne, bien que la responsabilité des services poutinesques me semblait plus que probable, je soulignais, ici même, ce qu’il y avait de dangereux à accuser et à sanctionner avant même d’avoir réuni la moindre preuve.

Et cette remarque valait pour l’utilisation présumée d’armes chimiques par Bachar el-Assad, qui en est certes tout à fait capable, mais qu’il valait mieux frapper durement après en avoir eu le cœur net que mollement avant la moindre enquête.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs