Accueil Opinions Chroniques

La résurrection qui tue

La mise en scène de la mort du journaliste russe Arkady Babtchenko a secoué l’opinion. Le procédé utilisé par les services secrets ukrainiens pour soi-disant déjouer un complot, appelle de nombreuses questions.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 3 min

Les résurrections, depuis Lazare et Jésus Christ, sont devenues assez rares.

C’est pourquoi la réapparition spectaculaire d’un journaliste russe, précédemment trucidé, a fait sensation. Pas longtemps car, aussi abracadabrantesque qu’il fut, l’événement est déjà oublié. Apparemment. Mais l’empreinte qu’il laissera dans les têtes est considérable.

Rappelons-nous : lorsqu’un ex-agent double russe fut empoisonné en Grande-Bretagne, bien que la responsabilité des services poutinesques me semblait plus que probable, je soulignais, ici même, ce qu’il y avait de dangereux à accuser et à sanctionner avant même d’avoir réuni la moindre preuve.

Et cette remarque valait pour l’utilisation présumée d’armes chimiques par Bachar el-Assad, qui en est certes tout à fait capable, mais qu’il valait mieux frapper durement après en avoir eu le cœur net que mollement avant la moindre enquête.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs