Facebook se défend d’avoir transféré des données aux fabricants de téléphones

Facebook se défend d’avoir transféré des données aux fabricants de téléphones

Facebook a affirmé lundi ne pas être «au courant» d’un éventuel accès frauduleux aux données personnelles de ses utilisateurs et de leurs «amis» par les fabricants de téléphones portables il y a plusieurs années. Le réseau social a également dit «être en désaccord» avec les conclusions du quotidien New York Times, selon qui les fabricants auraient pu avoir accès aux données personnelles des utilisateurs sans obtenir leur consentement en installant une interface Facebook sur leur smartphone.

Ces transferts auraient pu avoir lieu après l’accord passé en 2011 entre Facebook et la Commission fédérale du commerce (FTC) afin de mieux protéger les données de ses utilisateurs qui ne pouvaient être transférées qu’avec leur consentement explicite.

Une soixantaine de fabricants partenaires

Dans un communiqué, Facebook a rappelé qu’avant la création d’une application standardisée, une soixantaine de fabricants de téléphone comme Amazon, Apple, Blackberry, HTC, Microsoft et Samsung avaient collaboré avec Facebook pour adapter une interface de la plateforme sur leurs appareils.

«Nous les avons contrôlées depuis le début», a assuré Ime Archibong, vice-président des partenariats produits, soulignant que «les partenaires ne pouvaient pas intégrer les données des utilisateurs sans leur permission».

«Les informations sur les amis, comme des photos, n’étaient accessibles sur les appareils que si les gens prenaient la décision de partager ces informations avec leurs amis», a-t-il ajouté. «Nous ne sommes pas au courant d’abus de la part de ces sociétés», a assuré Ime Archibong.

Mais selon le Times, ces permissions d’utilisateurs n’étaient pas toujours explicites, comme stipulé par le décret de la FTC de 2011.

De plus, les recherches faites par le quotidien ont montré que certains fabricants «pouvaient récupérer des informations personnelles, même provenant d’amis d’utilisateurs qui pensaient avoir bloqué les partages».

Facebook a rappelé dans son communiqué avoir annoncé en avril la fin de ses collaborations pour les interfaces, en raison de la popularité des «app stores», les boutiques en ligne d’applications.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite