Facebook se défend d’avoir transféré des données aux fabricants de téléphones

Facebook se défend d’avoir transféré des données aux fabricants de téléphones

Facebook a affirmé lundi ne pas être «au courant» d’un éventuel accès frauduleux aux données personnelles de ses utilisateurs et de leurs «amis» par les fabricants de téléphones portables il y a plusieurs années. Le réseau social a également dit «être en désaccord» avec les conclusions du quotidien New York Times, selon qui les fabricants auraient pu avoir accès aux données personnelles des utilisateurs sans obtenir leur consentement en installant une interface Facebook sur leur smartphone.

Ces transferts auraient pu avoir lieu après l’accord passé en 2011 entre Facebook et la Commission fédérale du commerce (FTC) afin de mieux protéger les données de ses utilisateurs qui ne pouvaient être transférées qu’avec leur consentement explicite.

Une soixantaine de fabricants partenaires

Dans un communiqué, Facebook a rappelé qu’avant la création d’une application standardisée, une soixantaine de fabricants de téléphone comme Amazon, Apple, Blackberry, HTC, Microsoft et Samsung avaient collaboré avec Facebook pour adapter une interface de la plateforme sur leurs appareils.

«Nous les avons contrôlées depuis le début», a assuré Ime Archibong, vice-président des partenariats produits, soulignant que «les partenaires ne pouvaient pas intégrer les données des utilisateurs sans leur permission».

«Les informations sur les amis, comme des photos, n’étaient accessibles sur les appareils que si les gens prenaient la décision de partager ces informations avec leurs amis», a-t-il ajouté. «Nous ne sommes pas au courant d’abus de la part de ces sociétés», a assuré Ime Archibong.

Mais selon le Times, ces permissions d’utilisateurs n’étaient pas toujours explicites, comme stipulé par le décret de la FTC de 2011.

De plus, les recherches faites par le quotidien ont montré que certains fabricants «pouvaient récupérer des informations personnelles, même provenant d’amis d’utilisateurs qui pensaient avoir bloqué les partages».

Facebook a rappelé dans son communiqué avoir annoncé en avril la fin de ses collaborations pour les interfaces, en raison de la popularité des «app stores», les boutiques en ligne d’applications.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite