Facebook se défend d’avoir transféré des données aux fabricants de téléphones

Facebook se défend d’avoir transféré des données aux fabricants de téléphones

Facebook a affirmé lundi ne pas être «au courant» d’un éventuel accès frauduleux aux données personnelles de ses utilisateurs et de leurs «amis» par les fabricants de téléphones portables il y a plusieurs années. Le réseau social a également dit «être en désaccord» avec les conclusions du quotidien New York Times, selon qui les fabricants auraient pu avoir accès aux données personnelles des utilisateurs sans obtenir leur consentement en installant une interface Facebook sur leur smartphone.

Ces transferts auraient pu avoir lieu après l’accord passé en 2011 entre Facebook et la Commission fédérale du commerce (FTC) afin de mieux protéger les données de ses utilisateurs qui ne pouvaient être transférées qu’avec leur consentement explicite.

Une soixantaine de fabricants partenaires

Dans un communiqué, Facebook a rappelé qu’avant la création d’une application standardisée, une soixantaine de fabricants de téléphone comme Amazon, Apple, Blackberry, HTC, Microsoft et Samsung avaient collaboré avec Facebook pour adapter une interface de la plateforme sur leurs appareils.

«Nous les avons contrôlées depuis le début», a assuré Ime Archibong, vice-président des partenariats produits, soulignant que «les partenaires ne pouvaient pas intégrer les données des utilisateurs sans leur permission».

«Les informations sur les amis, comme des photos, n’étaient accessibles sur les appareils que si les gens prenaient la décision de partager ces informations avec leurs amis», a-t-il ajouté. «Nous ne sommes pas au courant d’abus de la part de ces sociétés», a assuré Ime Archibong.

Mais selon le Times, ces permissions d’utilisateurs n’étaient pas toujours explicites, comme stipulé par le décret de la FTC de 2011.

De plus, les recherches faites par le quotidien ont montré que certains fabricants «pouvaient récupérer des informations personnelles, même provenant d’amis d’utilisateurs qui pensaient avoir bloqué les partages».

Facebook a rappelé dans son communiqué avoir annoncé en avril la fin de ses collaborations pour les interfaces, en raison de la popularité des «app stores», les boutiques en ligne d’applications.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Belga

    Watducks: le sacre du caractère

  2. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  3. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite