On n’est jamais aussi bien qu’à la mer du Nord…

Le prix des appartements sur la digue à la mer du Nord est supérieur en moyenne de 22
% à ceux des biens qui n’offrent pas une vue mer. Les écarts varient d’une commune à l’autre.
Le prix des appartements sur la digue à la mer du Nord est supérieur en moyenne de 22 % à ceux des biens qui n’offrent pas une vue mer. Les écarts varient d’une commune à l’autre. - Sylvain Piraux.

Le succès de la mer du Nord en termes immobiliers est assez facile à démontrer. Dans leur nouveau baromètre de la Côte, les notaires relèvent ainsi plusieurs indices : hausse du nombre de transactions, hausse du prix moyen d’un appartement, et hausse du prix moyen d’un appartement sur la digue.

Mais si la mer du Nord « cartonne », elle le doit surtout à deux communes : Ostende et Knokke qui représentent à elles deux près de 40 % du nombre de transactions enregistrées en 2017. Coxyde complète le trio de tête.

Un chiffre qui en appelle un autre, encore plus significatif : depuis 2014, le volume d’activités a augmenté de plus de 30 % sur l’ensemble de la bande de sable qui s’étend de La Panne à Knokke. Si l’on prend l’ensemble des transactions immobilières réalisées en Belgique, la Côte a représenté 4,9 % de ce volume global, un chiffre qui progresse d’année en année.

Si l’on achète et si l’on vend plus de biens à la Côte, les conditions sont réunies pour que les prix augmentent. Et de fait, ils ont augmenté. Aujourd’hui, acheter un appartement à la mer vous coûtera en moyenne 262.441 euros. C’est 3,2 % de plus qu’en 2016. Si vous en avez acheté un en 2013, il vous a coûté 14.000 euros de moins que la somme que vous auriez dû débourser pour l’acquérir aujourd’hui.

Ceci n’a pas empêché certaines communes de moins bien « performer » par rapport à 2016. C’est le cas de Nieuport, La Panne et Coxyde. Mais pour ce qui est de La Panne, 2016 avait été excellente avec la mise sur le marché d’appartements à assistance Vulpia, ce qui avait généré une augmentation moyenne des prix de l’ordre de 10,8 %.

Qui dit mer du Nord dit digue. Il est évident que celle-ci a une influence sur les prix. Pour la plupart des communes, les notaires ont disposé de suffisamment d’observations (ventes) pour tirer des conclusions pertinentes, exception faite de Bredene qui échappe à l’étude puisqu’elle ne dispose pas de rue avec vue sur mer. Les notaires émettent aussi des réserves pour les communes de Nieuport, Westende, Le Coq et Heist où les transactions pour des appartements sur la digue ont été peu nombreuses.

Ce que l’on peut dire est qu’un de ces appartements a coûté en moyenne 320.000 euros en 2017, soit une augmentation de 6,6 % par rapport à 2016 et de 2,3 % sur un horizon de 5 ans. La vue mer reste donc intéressante, même s’il faut signaler ici que ces appartements sont généralement plus coûteux à entretenir en raison de leur plus grande exposition au vent et aux embruns.

Les augmentations de prix pour une vue mer varient d’une commune à l’autre et elles sont parfois impressionnantes. Ainsi, si vous visez un appartement sur la digue au Coq, il vous faudra dépenser (en moyenne, on ne l’oublie pas…) 63,9 % de plus (on n’oublie pas non plus que cette commune n’est pas représentative en raison du faible taux de transactions enregistré). À Knokke, le surplus est de 40 % (environ 27 % à Ostende et Blankenberge, 13 % à Middelkerke, 19,4 % à La Panne et 1,2 % à Coxyde).

S’il ne fallait retenir qu’un chiffre, ce serait celui-ci : sur l’ensemble des communes de la mer du Nord, le surplus à payer pour un appartement avec vue mer s’élève à 22,1 %. Soit tout de même 44.200 euros supplémentaires pour un appartement de 200.000 euros, ou 66.300 euros pour un appartement de 300.000 euros. Toujours bon à savoir…

Grosses fluctuations

Par Paolo Leonardi

En 2017, le prix moyen d’un appartement à la Côte a fluctué entre 174.500 euros et 466.000.

Le moins cher se trouve à Westende, le plus cher à Knokke.

Voici les prix moyens par ordre croissant :

Westende  174.497 € (+ 9,6 %)

La Panne  190.614 € (– 6,9 %)

Zeebruges  192.039 € (+ 0,3 %)

Bredene  201.926 € (+ 5,2 %)

Blankenberge  209.175 € (+ 4,9 %)

Middelkerke  210.062 € (+ 5,1 %)

Ostende  212.413 € (+ 8,2 %)

Le Coq  239.559 € (+ 17,1 %)

Coxyde  258.391 € (– 2,6 %)

Nieuport  280.340 € (– 2,3 %)

Heist  335.252 € (+ 5,7 %)

Knokke  465.693 € (+ 2,8 %)

À La Panne, Coxyde et Nieuport, le prix moyen a baissé par rapport à 2016 : de – 2,3 % à – 6,9 %. Dans les autres communes, le prix moyen a augmenté : de + 0,3 % à Zeebruges à + 17,1 % au Coq.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les agences de voyage ne savent plus trop à quel saint se vouer face au code orange.

    Voyages à l’étranger: orange, couleur d’incertitudes

  2. La mobilité douce a gagné des adeptes, mais la voiture a encore de beaux jours devant elle.

    Le coronavirus modifie à peine la mobilité des Belges

  3. Cela aura pris cent jours, mais les artistes ont fini par se faire entendre du pouvoir fédéral.

    Politique culturelle: enfin, quatre mesures fédérales ponctuelles d’aide aux artistes

La chronique
  • Petit manuel de savoir (sur)vivre…

    A l’attention de ceux qui ne partent pas,

    Cette année, on ne voyage pas. Ou alors juste dans un rayon de dix kilomètres. Tels ces habitants d’Ecaussinnes, partis (en voiture) s’installer dans le camping d’Ecaussinnes… Pour la douche, ils font l’aller-retour entre leur maison et leur lieu de vacances – ils préfèrent leur salle de bains. Ou comment profiter du meilleur de sa maison et de vacances idéales en même temps. Même Macron n’y a pas pensé.

    Des vacances immobiles ? Une prolongation du confinement ? Pourquoi pas ? Il y a des nostalgiques du confinement qui évoquent avec regret le calme, le soleil brûlant, le ciel sans avions, les rues sans autos, le boulot sans boulot, les collègues qu’on ne doit plus côtoyer que sur écran – ce qui permet de lire impunément un polar pendant les réunions.

    Cette année, se risquer au loin c’est masque, thermomètre, peur de l’autre et de l’air conditionné, surveillance, distance et,...

    Lire la suite

  • Enfin l’artiste!

    Une semaine après le triste spectacle de la flibuste sur l’avortement, le Parlement sort grandi ce jeudi soir du vote accordant un soutien aux artistes belges cruellement touchés par cette crise du Covid.

    On craignait le pire pourtant depuis les débats et les travaux parlementaires qui avaient débouché sur le renvoi de ces textes au Conseil d’État et à la Cour des Comptes, sur fond de clichés dans le chef de certains partis, faisant des artistes des profiteurs et des suceurs de roue....

    Lire la suite