On n’est jamais aussi bien qu’à la mer du Nord…

Dans cet article
Le prix des appartements sur la digue à la mer du Nord est supérieur en moyenne de 22
% à ceux des biens qui n’offrent pas une vue mer. Les écarts varient d’une commune à l’autre.
Le prix des appartements sur la digue à la mer du Nord est supérieur en moyenne de 22 % à ceux des biens qui n’offrent pas une vue mer. Les écarts varient d’une commune à l’autre. - Sylvain Piraux.

Le succès de la mer du Nord en termes immobiliers est assez facile à démontrer. Dans leur nouveau baromètre de la Côte, les notaires relèvent ainsi plusieurs indices : hausse du nombre de transactions, hausse du prix moyen d’un appartement, et hausse du prix moyen d’un appartement sur la digue.

Mais si la mer du Nord « cartonne », elle le doit surtout à deux communes : Ostende et Knokke qui représentent à elles deux près de 40 % du nombre de transactions enregistrées en 2017. Coxyde complète le trio de tête.

Un chiffre qui en appelle un autre, encore plus significatif : depuis 2014, le volume d’activités a augmenté de plus de 30 % sur l’ensemble de la bande de sable qui s’étend de La Panne à Knokke. Si l’on prend l’ensemble des transactions immobilières réalisées en Belgique, la Côte a représenté 4,9 % de ce volume global, un chiffre qui progresse d’année en année.

Si l’on achète et si l’on vend plus de biens à la Côte, les conditions sont réunies pour que les prix augmentent. Et de fait, ils ont augmenté. Aujourd’hui, acheter un appartement à la mer vous coûtera en moyenne 262.441 euros. C’est 3,2 % de plus qu’en 2016. Si vous en avez acheté un en 2013, il vous a coûté 14.000 euros de moins que la somme que vous auriez dû débourser pour l’acquérir aujourd’hui.

Ceci n’a pas empêché certaines communes de moins bien « performer » par rapport à 2016. C’est le cas de Nieuport, La Panne et Coxyde. Mais pour ce qui est de La Panne, 2016 avait été excellente avec la mise sur le marché d’appartements à assistance Vulpia, ce qui avait généré une augmentation moyenne des prix de l’ordre de 10,8 %.

Qui dit mer du Nord dit digue. Il est évident que celle-ci a une influence sur les prix. Pour la plupart des communes, les notaires ont disposé de suffisamment d’observations (ventes) pour tirer des conclusions pertinentes, exception faite de Bredene qui échappe à l’étude puisqu’elle ne dispose pas de rue avec vue sur mer. Les notaires émettent aussi des réserves pour les communes de Nieuport, Westende, Le Coq et Heist où les transactions pour des appartements sur la digue ont été peu nombreuses.

Ce que l’on peut dire est qu’un de ces appartements a coûté en moyenne 320.000 euros en 2017, soit une augmentation de 6,6 % par rapport à 2016 et de 2,3 % sur un horizon de 5 ans. La vue mer reste donc intéressante, même s’il faut signaler ici que ces appartements sont généralement plus coûteux à entretenir en raison de leur plus grande exposition au vent et aux embruns.

Les augmentations de prix pour une vue mer varient d’une commune à l’autre et elles sont parfois impressionnantes. Ainsi, si vous visez un appartement sur la digue au Coq, il vous faudra dépenser (en moyenne, on ne l’oublie pas…) 63,9 % de plus (on n’oublie pas non plus que cette commune n’est pas représentative en raison du faible taux de transactions enregistré). À Knokke, le surplus est de 40 % (environ 27 % à Ostende et Blankenberge, 13 % à Middelkerke, 19,4 % à La Panne et 1,2 % à Coxyde).

S’il ne fallait retenir qu’un chiffre, ce serait celui-ci : sur l’ensemble des communes de la mer du Nord, le surplus à payer pour un appartement avec vue mer s’élève à 22,1 %. Soit tout de même 44.200 euros supplémentaires pour un appartement de 200.000 euros, ou 66.300 euros pour un appartement de 300.000 euros. Toujours bon à savoir…

Grosses fluctuations

Par Paolo Leonardi

En 2017, le prix moyen d’un appartement à la Côte a fluctué entre 174.500 euros et 466.000.

Le moins cher se trouve à Westende, le plus cher à Knokke.

Voici les prix moyens par ordre croissant :

Westende  174.497 € (+ 9,6 %)

La Panne  190.614 € (– 6,9 %)

Zeebruges  192.039 € (+ 0,3 %)

Bredene  201.926 € (+ 5,2 %)

Blankenberge  209.175 € (+ 4,9 %)

Middelkerke  210.062 € (+ 5,1 %)

Ostende  212.413 € (+ 8,2 %)

Le Coq  239.559 € (+ 17,1 %)

Coxyde  258.391 € (– 2,6 %)

Nieuport  280.340 € (– 2,3 %)

Heist  335.252 € (+ 5,7 %)

Knokke  465.693 € (+ 2,8 %)

À La Panne, Coxyde et Nieuport, le prix moyen a baissé par rapport à 2016 : de – 2,3 % à – 6,9 %. Dans les autres communes, le prix moyen a augmenté : de + 0,3 % à Zeebruges à + 17,1 % au Coq.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Économie et finances|Belgique|La Panne (Flandre occidentale)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite