Le littoral ne connaît plus la marée basse

Après quelques années calmes, le vent de l’immobilier s’est remis à souffler avec insistance sur la côte belge. En 2017, le nombre de transactions a été légèrement supérieur au volume de 2016 qui avait constitué une année record.
Après quelques années calmes, le vent de l’immobilier s’est remis à souffler avec insistance sur la côte belge. En 2017, le nombre de transactions a été légèrement supérieur au volume de 2016 qui avait constitué une année record. - Sylvain Piraux.

Le marché immobilier à la mer du Nord a connu une année 2017 particulièrement agitée. Par rapport à 2016, les transactions ont connu une hausse de 0,5 %. C’est ce qu’indiquent les notaires dans leur dernier baromètre de la Côte.

Cette hausse est minime, voire insignifiante, mais elle doit être mise en rapport avec une année 2016 qui avait été quant à elle exceptionnelle puisqu’un record de transactions avait été établi.

Il va sans dire, toutefois, que l’activité varie d’une commune à l’autre. Les plus actives ? Ostende et Knokke, qui représentent près de 40 % de toutes les transactions réalisées sur la Côte (20 % pour Ostende et 18 % pour Knokke).

Si elle attire les particuliers comme les purs investisseurs, la mer voit aussi le chiffre d’affaires de son immobilier peser toujours plus lourd dans la balance nationale : 4,9 %.

Si la demande augmente, les prix augmentent eux aussi. Le prix moyen d’un appartement s’est élevé en 2017 à 262.000 euros, soit une augmentation de 3,2 % par rapport à 2016. Si l’appartement se trouve sur la digue, l’augmentation a même grimpé jusqu’à +6,6 %. Acheter un appartement à la Côte coûtera en moyenne 21,8 % plus cher que dans le reste de la Belgique. La mer du Nord, c’est bien, mais ça reste plus cher…

Restons dans le domaine des prix pour signaler qu’ils varient entre 174.500 euros et 466.000 euros. Les appartements les moins chers se trouvent à Westende, La Panne et Zeebruges, sous la barre des 200.000 euros. Les plus chers sont localisés à Nieuport, Heist et Knokke avec des prix enregistrés au-dessus de 280.000 euros. Pour ceux qui sont propriétaires d’un bien, ils seront heureux de savoir qu’il a pris de la valeur depuis 2013, même si l’augmentation n’est pas de nature à faire des excès : +5,6 %.

Évidemment, si vous disposez d’un bien situé sur la digue avec vue sur la grande bleue, sa prise de valeur sera plus importante mais elle doit être mise en relation avec le prix plus élevé à payer pour devenir propriétaire. Sachez ainsi que les prix moyens d’un appartement sur la digue ont varié entre 209.000 euros (Westende) et… 650.000 euros (Knokke, where else ?).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite