Accueil Société Régions Liège

Arrestation «musclée», à Ensival, d’un ancien codétenu de Benjamin Herman

Fouad B. était recherché dans le cadre de sa libération conditionnelle survenue le 22 mai dernier et pour laquelle il ne respectait pas les conditions ordonnées par la justice.

Temps de lecture: 3 min

Fouad Bennane, un Verviétois de 39 ans que l’on soupçonne d’avoir radicalisé Benjamin Herman en prison, a été intercepté à Ensival (Verviers) en début d’après-midi, ce mercredi, par les forces spéciales d’intervention. Son arrestation s’est déroulée à l’extérieur vers 13 heures, à l’angle entre la rue Grand’Ville, route nationale qui traverse le village, et la rue En Mi-Ville. « J’ai été informée par la police hier soir du fait qu’elle recherchait Fouad Bennane car elle disposait d’éléments suffisamment concrets pour l’intercepter », explique Muriel Targnion, la bourgmestre de Verviers. L’interception s’est déroulée, poursuit la bourgmestre, sans qu’elle n’ait d’impact pour la population puisqu’il lui a été précisé qu’il s’agissait d’une intervention « propre », qui ne nécessitait pas qu’elle se rende sur place. L’arrestation aurait été « très musclée », affirment des témoins.

Un coup de feu a été tiré accidentellement par un policier, confirme le parquet fédéral : le coup serait parti lorsqu’il est sorti de sa voiture, et la balle a atteint sa propre jambe. Son état ne serait cependant pas préoccupant et témoigne de la nervosité qui règne au sein des forces de l’ordre après les funérailles, ce mardi, de deux de leurs collègues tuées par Benjamin Herman.

Pas de lien direct avec la tuerie de Liège

Pâtissier de formation, Fouad Bennane a été condamné pour des faits de violence en 2002 et en 2005, puis il a commis un braquage dans un commerce de nuit, à Verviers, en 2006. Jugé en juillet 2007 pour ces faits, il avait expliqué qu’il était ivre lorsqu’il les avait commis. Il avait ajouté avoir « des problèmes psychologiques, voire psychiatriques », et il avait affirmé « avoir besoin d’aide ». Un sursis probatoire lui avait été accordé sur la peine de deux ans de prison prononcée contre lui. Deux mois plus tard, il s’était attaqué à un homme, suivi en rue pour lui voler sa chaîne en or. Il avait écopé de 18 mois de prison ferme, et le sursis dont il avait bénéficié quelques mois plus tôt était tombé.

Ce n’est pas dans le cadre de l’enquête liée à la tuerie de Liège que Fouad Bennane a été intercepté, insiste le parquet fédéral qui précise que cela n’est « ni prouvé, ni établi ». Il a été privé de liberté parce qu’il n’avait pas respecté les conditions liées à sa libération, ordonnée par la chambre du conseil le 22 mai dernier. Toutefois, selon L’Avenir, le trentenaire fait partie des 25 personnes fichées « radicalisées » de Verviers. Son nom apparaîtrait dans la liste de l’Ocam (Organe de coordination pour l’analyse de la menace) des combattants et recruteurs de l’organisation de l’État islamique, et c’est en raison de craintes qu’il passe à l’acte que son interception se serait précipitée.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par christian collette, mercredi 6 juin 2018, 18:45

    ...

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo