Accueil Belgique Politique

François Bellot: «La mobilité est paralysée par le merdier institutionnel»

Ministre de la Mobilité depuis 2016, François Bellot ne mâche pas ses mots sur le fonctionnement de la Belgique : l’éclatement des compétences fait du pays, en matière de mobilité, un Etat plus confédéral que fédéral.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

L ’homme et la mobilité, c’est le titre du livre qui est consacré à François Bellot, l’homme qui croyait ne plus jamais être ministre. En avril 2016, il est soudain rappelé à la rescousse par le Premier ministre Charles Michel pour remplacer au pied levé Jacqueline Galant au poste de la Mobilité, après son « explosion » en plein vol. Alors que le survol de Bruxelles n’est toujours pas réglé, que le contournement des grandes villes belges, Bruxelles et Anvers, est devenu un cauchemar permanent et que la ponctualité des trains reste une énigme, le Rochefortois l’affirme : la mobilité, pour lui, c’est réglé. Le problème dit-il en reprenant le propos de l’ex-patron de la Stib, c’est le «  merdier institutionnel belge

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Eric Lavenne, mercredi 13 juin 2018, 14:59

    Le "merdier" institutionnel paralyse; il ne s'agit pas vraiment , ici, d'une NOUVELLE !!

  • Posté par Pierre Lison, jeudi 7 juin 2018, 15:34

    Une demi journée pour régler la problème du survol ? Ben oui, à l’avantage de la Flandre, évidemment.

  • Posté par Gratter Poil, jeudi 7 juin 2018, 9:30

    Mille fois raison avec le ministre. Le salami institutionnel à la belge est une cause permanente de paralysie de notre économie tout comme l’accroissement exponentiel des lois (toutes plus stupides que les autres) que l’Europe nous impose. Tout gouvernement devrait avoir pour objectif de supprimer deux lois quand on en adopte une nouvelle.

  • Posté par marco penta, jeudi 7 juin 2018, 9:15

    gouvernement de centre droit .Vous vouliez dire gouvernement de droite extreme

  • Posté par Piet Cerf, jeudi 7 juin 2018, 8:47

    Je n'en attendais pas moins de quelqu'un venant plus de la "société civile" que du sérail politique. Ah!, un gouvernement de techniciens apolitiques, mon rêve.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs