Accueil Sports Tennis Grands Chelems

Quand Nadal fait la pluie et le beau temps à Paris…

La pluie est venue interrompre la rencontre face à l’Argentin Diego Schwartzman alors que l’Argentin prenait l’ascendant sur l’Espagnol.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Si Nadal dompte la terre, il peut surtout remercier le ciel, ce mercredi. Son quart de finale contre son actuel meilleur ennemi (les deux joueurs ont préparé Roland Garros ensemble à Majorque), Diego Schwartzman (12e mondial), était en train de tourner au vinaigre, avant que la pluie ne vienne, une première fois, à son secours, avant d’interrompre complètement la journée sur le coup de 19h30.

Quand Justine Henin avançait qu’elle espérait voir Rafael Nadal être bousculé dans ce Roland-Garros, pour les émotions des spectateurs, elle ne croyait pas si bien dire. Car, oui, celui à qui on prédit depuis le début de cette quinzaine, un 11e sacre, dimanche, presque sans souffrir, a justement peiné ce mercredi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Strijthem Michel , mercredi 6 juin 2018, 23:31

    Décidément, les journalistes ne se mettent guère de pression en matière d'accord élémentaire: "Elle m'a mis sous pression". Il faut féliciter le chirurgien qui a réussi à faire changer Sharapova de sexe sans le faire par trop remarquer.

Aussi en Grands Chelems

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs