Accueil Culture Cinéma

Entre rire et larmes, Moretti invite à la transmission

Le réalisateur italien, Palme d’or à Cannes en 2001 pour « La chambre du fils », a perdu sa mère lorsqu’il réalisait « Habemus Papam ». Il s’est inspiré de ce vécu et évoque sobrement le deuil, mais pas uniquement, dans l’émouvant « Mia Madre »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Comédien, scénariste et cinéaste, Nanni Moretti s’est taillé une place à part sur l’échiquier du cinéma mondial avec une filmographie pas loin d’être impeccable, et articulée autour d’une structure dramatique et militante parsemée d’un humour salvateur. Avec Mia Madre, le réalisateur aborde le deuil d’une mère de famille et ses conséquences sur la structure familiale. C’est lors de sa visite éclair au Festival international de Toronto, en septembre dernier, que nous avons rencontré cet homme posé et discret.

Quelle est la genèse de « Mia Madre » ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs