Accueil Opinions Cartes blanches

Laisserons-nous les pronucléaires s’exprimer impunément?

Les auteurs de cette carte blanche soutiennent que les centrales nucléaires peuvent être assimilées à des armes nucléaires, qui constituent par conséquent des outils potentiels pouvant servir à commettre des crimes contre l’humanité. Une thèse qu’ils reconnaissent choquante mais non dénuée de sens, estiment-ils.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

L’une des limites évidentes et acceptées par tous à la liberté d’expression est son utilisation afin de pousser des individus à commettre un crime. Nous défendons ici l’idée que le nucléaire civil soit assimilé à un crime contre l’humanité, involontaire certes (comme il existe des homicides involontaires), mais néanmoins crime. Cette thèse, pour aussi choquante qu’elle puisse paraître de prime abord, n’en est pas moins démontrable.

Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale du 17 juillet 1998 définit dans sa notion de crime contre l’humanité une série d’actes qui peuvent être commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque. L’extermination en fait partie. Par « extermination », on entend notamment le fait d’imposer intentionnellement des conditions de vie, telles que la privation d’accès à la nourriture et aux médicaments, calculées pour entraîner la destruction d’une partie de la population.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Jules Horowitz, vendredi 6 juillet 2018, 1:23

    La comparaison avec Tchernobyl est-elle pertinente? La technologie des soviétiques n'étant pas du tout identique à celle des réacteurs à eau pressurisée, de technologie américaine. De fait les Russes construisaient des réacteurs en effet dangereux, avec un coefficient de vide positif: si le réacteur perd sa source de refroidissement, la réactivité augmente et peut tout faire exploser, mais ce n'est pas le cas des REP, dans lesquels la perte de refroidissement entraine une augmentation de la densité de l'eau et stoppe la réaction en chaîne sans intervention humaine. Mais la puissance résiduelle doit malgré tout s'évacuer; si elle ne l'est pas, on peut avoir une fusion du cœur comme Fukushima, accident grave mais moins dangereux pour la vie humaine. A moins de tout confondre, les arguments purement juridiques sont un peu bancals, surtout si on prend un concept pour lui donner une signification toute autre. Mais ça ne me pose pas de problème si on ferme de suite Doel3 et Thiange2.

  • Posté par Tubbax Leo, vendredi 8 juin 2018, 18:21

    Chers ami.e.s, Sans douter une seconde de vos excellentes intentions, je crains que vous vous engagez dans des chemins vertigineusement dangereux. Il y a trois remarques qui me semblent nécessaires. L première : il ne faut pas prétendre que nous, anti-nucléaires ou simplement pronucléaires opposés à l'exploitation des deux réacteurs hors-normes Tihange 2 et Doel 3 avons réligieusement et scientifiquement raison. En fait, nous sommes plutôt agnostiques : nous ignorons si les réacteurs vont tenir (ou pas) et savons que les pronucléaires ne le savent pas non plus. Ce qui est beaucoup trop dangereux. De là à triner quelqu'un devant un tribunal, il y a de la marge. Deux : il faut distinguer entre les réacteurs les plus dangereux, qui ne correspondent pas aux normes internationales, et les autres. Doel 3 et Tihange 2 sont tellement dangereux qu'il faut les arrêter de suite et pour toujours. Une pétition portant plus de 400.000 signatures sur ce point sera remis au nouveau patron de l'AFCN, M. Hardeman à la mi-juillet. Trois : il faut distinguer entre la sécurité (danger de l'extérieur vers l'intérieur) et la sûreté (l'inverse). En mettant l'accent sur la sécurité, nous aurons plus de policiers, plus lourdement armé.e.s et moins de liberté. Le problème, ce ne sont pas les citoyens qui menacent Tihange, mais l'inverse. Amicalement Nucléaire Stop Kernenergie

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs