Accueil Sports Sports moteurs Formule 1

Vandoorne ne veut plus jouer au soldat

Sans doute quelque peu agacé par le favoritisme de McLaren envers Fernando Alonso, Stoffel Vandoorne aimerait être traité sur le même pied d’égalité que son coéquipier espagnol.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Jeudi devant les télés réunies dans le paddock de Montréal, il a fait le job. Comme à son habitude. Propre et pro. Pas un mot plus haut que l’autre. Ou alors teinté de certaines nuances quand même… Inévitablement interrogé sur son équipier Fernando Alonso, qui franchira ce week-end le cap respectable de 300 GP, Stoffel Vandoorne s’est tout de même montré moins dithyrambique qu’espéré ou attendu par les aficionados du pilote espagnol. «  Si Fernando est impressionnant ? Oui, sans doute  », a admis notre compatriote, avant de détailler. «  Pas qu’il fasse des trucs qui me font dire : Waw ! Ce qu’il fait là, je n’y arriverai jamais ! Mais plutôt dans la capacité qu’il a de tout mettre ensemble au bon moment quand il s’agit d’aller chercher une performance de choix. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Formule 1

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs