Accueil Sports Sports moteurs Rallye

Rallye de Sardaigne: Neuville revenu à moins de 5 secondes d’Ogier

Thierry Neuville (Hyundai) a profité de la boucle matinale (3 spéciales) du rallye de Sardaigne pour revenir dans le sillage immédiat de Sébastien Ogier (Ford) avant d’aborder l’après-midi.

De notre envoyé spécial - Temps de lecture: 3 min

C’est fait : le soleil est résolument revenu sur la Sardaigne. Et les spéciales tracées au nord-est de l’île italienne ont enfin proposé des routes recouvertes de poussière aux premiers concurrents du rallye de Sardaigne. Pas de quoi affecter Thierry Neuville et Sébastien Ogier cependant, puisqu’ils passent désormais en 7e et 8e position sur la route.

Ogier : « Dans un faux rythme »

Il n’y en a plus que pour les duettistes du championnat. Car si le premier « scratch » a été signé par le malheureux Ott Tanak – écarté des débats suite au bris de son radiateur à la réception d’un jump vendredi, et revenu en course, mais à plus de 10 minutes des leaders, en « Rally 2 » –, les deux suivants sont revenus à Sébastien Ogier d’abord, et à Thierry Neuville ensuite. Et si les deux candidats à la victoire s’étaient neutralisés lors des deux premiers chronos, le quintuple champion du monde a laissé 14 secondes d’un coup à son rival ! « J’ai dû adopter un faux rythme », confiait dans un sourire convenu un Sébastien Ogier visiblement résolu à ne plus donner d’informations fiables aux journalistes qui l’interrogent, préférant s’enfermer dans une logique de communication difficile à comprendre. Soit.

Samedi midi en tout cas, l’écart entre les deux hommes s’était ainsi réduit à 4,9 secondes à l’avantage d’Ogier. De quoi motiver Thierry Neuville, visiblement requinqué à l’idée de profiter de l’après-midi pour (re)passer en tête de l’épreuve…

Neuville : « Un parcours qui convient à la Hyundai »

« J’ai vraiment été surpris par mon chrono et surtout par celui de Seb’ qui a clairement dû rencontrer un problème », confiait le leader du championnat à la pause de midi. « J’ai moi-même démarré la spéciale en restant un peu trop prudent, puis j’ai augmenté le rythme. Il faut reconnaître que la Hyundai se comporte à merveille sur ce parcours. Aujourd’hui, les spéciales sont plus rapides et aussi plus « soft », ce qui me convient bien… »

De son côté, Nicolas Gilsoul se réjouissait bien sûr d’une telle entrée en matière. « Pour tout vous dire, je m’étais mis un petit scénario dans la tête, samedi matin », dit le Liégeois. « Et je m’étais dit que si nous rentrions avec moins de dix secondes de retard ce midi, nous pourrions viser de repasser en tête ce soir. Nous n’y sommes pas encore, bien sûr. Mais franchement, nous contrôlons actuellement la situation : Thierry n’en fait pas trop, nous n’avons pas eu la moindre chaleur ce matin, et la voiture fonctionne bien sur ces étapes. Que demander de plus ? »

Changement de réservoir d’essence !

D’éviter les frayeurs peut-être… Comme celle qui surgit pendant l’assistance de samedi midi, quand les ingénieurs d’Hyundai furent interpellés par une pression d’essence faiblarde. Par sécurité, le team choisit de remplacer le réservoir d’essence. Une opération délicate que les mécanos d’Hyundai accomplirent de main de maître dans un moment d’extrême tension salué ensuite par une salve d’applaudissements. Oui, le rallye et aussi (surtout !) un sport d’équipe…

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Rallye

Analyse WRC: Kalle Rovanpera, baby-champion

À tout juste 22 ans, il a enfin rendu à la Finlande le titre de champion du monde. En remportant sa 8e victoire en Nouvelle-Zélande, et en explosant au passage tous les records de précocité. Itinéraire d’un self-made kid !

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

F1, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb