Youri Tielemans: «Je suis le futur et le présent»

10719043-002

Samedi, les Diables rouges ont poursuivi leur préparation pour la Coupe du Monde, à deux jours de leur dernière rencontre amicale contre le Costa Rica programmée lundi soir au stade Roi Baudouin (20h45). Sur les 24 joueurs présents à Tubize, deux manquaient à l’appel : Vincent Kompany, blessé à l’aine et qui poursuit son travail à l’intérieur avec Lieven Maesschalck, et Thomas Vermaelen qui récupère toujours de sa blessure aux ischio-jambiers et qui a fait une sortie à vélo samedi avec un membre du staff.

Le défenseur de Barcelone est l’un des rares joueurs de champ qui n’a pas disputé la moindre minute lors des deux premiers matches de préparation. C’est également le cas de Leander Dendoncker et Youri Tielemans. Ce dernier entend bien inverser la tendance lundi soir contre la formation d’Amérique centrale. «  Avant le stage, le coach avait dit que tout le monde aurait du temps de jeu durant la préparation. Je suis persuadé que j’en aurai contre le Costa Rica  », affirme un jeune homme qui n’a pas trop douté au moment de l’annonce de la sélection définitive de Roberto Martinez. «  Lorsqu’on s’approchait de la sélection, j’avais un stress positif. Mais je n’ai pas été surpris d’être dans le groupe. Depuis novembre 2016, j’ai toujours été repris. C’est une récompense de mon travail. »

Douzième joueur le plus utilisé par Monaco

Pourtant, la saison du milieu de terrain de 21 ans n’a pas été un long fleuve tranquille. Parti à Monaco contre un chèque de 25 millions d’euros, Youri Tielemans n’a pas complètement répondu aux attentes placées en lui. Sans doute étaient-elles trop grandes à son égard si on prend en compte qu’il quittait son club formateur et qu’il s’agissait de sa première expérience à l’étranger. «  Peut-être que les gens avaient beaucoup d’attente me concernant  », estime le joueur de 21 ans avant de défendre son bilan. «  Lors de la première saison, il y a toujours un temps l’adaptation nécessaire. Puis, l’entraîneur (NDLR Leonardo Jardim) avait été très clair dans sa manière de travailler avec une rotation avec les différents milieux de terrain. Sans oublier que ma blessure m’a bloqué un peu. Alors oui, je n’ai pas tout joué mais je pense que j’ai eu pas mal de temps de jeu pour une première expérience à l’étranger (NDLR il a été le douzième joueur le plus utilisé par Monaco en 2018-19).   »

Une saison en Principauté où Tielemans a le sentiment d’avoir fait des pas en avant, notamment au niveau du mental. «  Je suis bien plus fort mentalement  », confirme le principal intéressé. «  Je suis sorti de ma zone de confort, je n’étais pas sur le terrain toutes les semaines et je sais que je dois toujours être positif par rapport à l’équipe. Ce genre de moment est nécessaire si on veut atteindre le top. Et puis, je me suis amélioré au niveau technique car tout va plus vite en France et au niveau tactique, où j’ai appris à jouer avec deux médians centraux et deux attaquants.  »

Un bagage dont il espère pouvoir se servir en Russie et ce, malgré les discours de Roberto Martinez indiquant qu’il avait été repris pour le futur de l’équipe nationale. «  Être le futur de l’équipe nationale, c’est bien mais je suis aussi le présent. J’espère pouvoir jouer en Russie  », clame l’ex-idole d’Anderlecht, consciente qu’il ne sera pas simple de se faire une place dans l’entrejeu très fourni des Diables avec Witsel, De Bruyne, Fellaini et Dembélé. «  On est cinq pour deux positions dans l’entrejeu. Mon avantage, c’est que je peux aussi jouer en dix derrière l’attaquant. Je ne pense pas qu’il y ait des statuts différents entre les joueurs. On espère tous montrer à l’entraîneur qu’on mérite d’être dans le onze de base.  » Youri Tielemans devrait recevoir sa chance de transformer ses paroles en acte contre le Costa Rica lundi soir, à l’occasion de la dernière sortie des Diables avant le grand départ vers la Russie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous