Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Des affrontements ont éclaté samedi à Londres entre la police et des centaines de manifestants, dont cinq ont été arrêtés, qui s’opposaient à l’incarcération d’un ancien militant d’extrême droite.

Le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders, qui participait au rassemblement, a appelé à la libération de Stephen Yaxley-Lennon, connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson, fondateur et ancien dirigeant de l’English Defence League (EDL).

Ce dernier a été emprisonné le mois dernier après avoir diffusé sur les réseaux sociaux les détails d’un procès qui était soumis à une interdiction de publier émise par la justice britannique.

Les manifestants ont bloqué une des principales rues près de Trafalgar Square dans le centre de la capitale, scandant « Libérez Tommy Robinson ! » et lançant des fumigènes en direction de la police.

Ils ont également pris le contrôle d’un bus touristique à toit ouvert, brandissant des drapeaux britanniques et gallois, ainsi que des pancartes.

« Des scènes de violence ont eu lieu pendant la manifestation, avec des bouteilles, des barrières métalliques et d’autres objets jetés en direction des policiers », a déclaré la police dans un communiqué, précisant que cinq membres des forces de l’ordre avaient été légèrement blessés.

Deux manifestants ont été arrêtés pour avoir agressé un policier, un pour avoir été en possession d’une arme, un autre pour possession d’une fusée éclairante et un autre pour dégâts infligés à un bus.

« Eléments extrémistes »

Au moment de son arrestation, Tommy Robinson faisait déjà l’objet d’une condamnation avec sursis pour une affaire distincte et avait été averti par un juge qu’il risquait la prison s’il commettait d’autres infractions, selon la BBC. Il avait alors plaidé coupable et avait été condamné à 10 mois de prison pour outrage au tribunal et trois mois supplémentaires pour avoir enfreint sa peine précédente.

Des restrictions en matière de publication sont imposées dans toutes les procédures judiciaires en Grande-Bretagne afin d’éviter que les jurys soient influencés par les médias.

Tommy Robinson a quitté en 2013 l’EDL, qui organisait des manifestations contre ce qu’elle considérait être la propagation de l’islam radical en Grande-Bretagne, affirmant qu’il ne pouvait plus contenir ses « éléments extrémistes ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite