Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Des affrontements ont éclaté samedi à Londres entre la police et des centaines de manifestants, dont cinq ont été arrêtés, qui s’opposaient à l’incarcération d’un ancien militant d’extrême droite.

Le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders, qui participait au rassemblement, a appelé à la libération de Stephen Yaxley-Lennon, connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson, fondateur et ancien dirigeant de l’English Defence League (EDL).

Ce dernier a été emprisonné le mois dernier après avoir diffusé sur les réseaux sociaux les détails d’un procès qui était soumis à une interdiction de publier émise par la justice britannique.

Les manifestants ont bloqué une des principales rues près de Trafalgar Square dans le centre de la capitale, scandant « Libérez Tommy Robinson ! » et lançant des fumigènes en direction de la police.

Ils ont également pris le contrôle d’un bus touristique à toit ouvert, brandissant des drapeaux britanniques et gallois, ainsi que des pancartes.

« Des scènes de violence ont eu lieu pendant la manifestation, avec des bouteilles, des barrières métalliques et d’autres objets jetés en direction des policiers », a déclaré la police dans un communiqué, précisant que cinq membres des forces de l’ordre avaient été légèrement blessés.

Deux manifestants ont été arrêtés pour avoir agressé un policier, un pour avoir été en possession d’une arme, un autre pour possession d’une fusée éclairante et un autre pour dégâts infligés à un bus.

« Eléments extrémistes »

Au moment de son arrestation, Tommy Robinson faisait déjà l’objet d’une condamnation avec sursis pour une affaire distincte et avait été averti par un juge qu’il risquait la prison s’il commettait d’autres infractions, selon la BBC. Il avait alors plaidé coupable et avait été condamné à 10 mois de prison pour outrage au tribunal et trois mois supplémentaires pour avoir enfreint sa peine précédente.

Des restrictions en matière de publication sont imposées dans toutes les procédures judiciaires en Grande-Bretagne afin d’éviter que les jurys soient influencés par les médias.

Tommy Robinson a quitté en 2013 l’EDL, qui organisait des manifestations contre ce qu’elle considérait être la propagation de l’islam radical en Grande-Bretagne, affirmant qu’il ne pouvait plus contenir ses « éléments extrémistes ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite