Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Des affrontements ont éclaté samedi à Londres entre la police et des centaines de manifestants, dont cinq ont été arrêtés, qui s’opposaient à l’incarcération d’un ancien militant d’extrême droite.

Le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders, qui participait au rassemblement, a appelé à la libération de Stephen Yaxley-Lennon, connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson, fondateur et ancien dirigeant de l’English Defence League (EDL).

Ce dernier a été emprisonné le mois dernier après avoir diffusé sur les réseaux sociaux les détails d’un procès qui était soumis à une interdiction de publier émise par la justice britannique.

Les manifestants ont bloqué une des principales rues près de Trafalgar Square dans le centre de la capitale, scandant « Libérez Tommy Robinson ! » et lançant des fumigènes en direction de la police.

Ils ont également pris le contrôle d’un bus touristique à toit ouvert, brandissant des drapeaux britanniques et gallois, ainsi que des pancartes.

« Des scènes de violence ont eu lieu pendant la manifestation, avec des bouteilles, des barrières métalliques et d’autres objets jetés en direction des policiers », a déclaré la police dans un communiqué, précisant que cinq membres des forces de l’ordre avaient été légèrement blessés.

Deux manifestants ont été arrêtés pour avoir agressé un policier, un pour avoir été en possession d’une arme, un autre pour possession d’une fusée éclairante et un autre pour dégâts infligés à un bus.

« Eléments extrémistes »

Au moment de son arrestation, Tommy Robinson faisait déjà l’objet d’une condamnation avec sursis pour une affaire distincte et avait été averti par un juge qu’il risquait la prison s’il commettait d’autres infractions, selon la BBC. Il avait alors plaidé coupable et avait été condamné à 10 mois de prison pour outrage au tribunal et trois mois supplémentaires pour avoir enfreint sa peine précédente.

Des restrictions en matière de publication sont imposées dans toutes les procédures judiciaires en Grande-Bretagne afin d’éviter que les jurys soient influencés par les médias.

Tommy Robinson a quitté en 2013 l’EDL, qui organisait des manifestations contre ce qu’elle considérait être la propagation de l’islam radical en Grande-Bretagne, affirmant qu’il ne pouvait plus contenir ses « éléments extrémistes ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite