Heurts au cours d’une manifestation de l’extrême droite à Londres

Edition numérique des abonnés

Des affrontements ont éclaté samedi à Londres entre la police et des centaines de manifestants, dont cinq ont été arrêtés, qui s’opposaient à l’incarcération d’un ancien militant d’extrême droite.

Le député d’extrême droite néerlandais Geert Wilders, qui participait au rassemblement, a appelé à la libération de Stephen Yaxley-Lennon, connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson, fondateur et ancien dirigeant de l’English Defence League (EDL).

Ce dernier a été emprisonné le mois dernier après avoir diffusé sur les réseaux sociaux les détails d’un procès qui était soumis à une interdiction de publier émise par la justice britannique.

Les manifestants ont bloqué une des principales rues près de Trafalgar Square dans le centre de la capitale, scandant « Libérez Tommy Robinson ! » et lançant des fumigènes en direction de la police.

Ils ont également pris le contrôle d’un bus touristique à toit ouvert, brandissant des drapeaux britanniques et gallois, ainsi que des pancartes.

« Des scènes de violence ont eu lieu pendant la manifestation, avec des bouteilles, des barrières métalliques et d’autres objets jetés en direction des policiers », a déclaré la police dans un communiqué, précisant que cinq membres des forces de l’ordre avaient été légèrement blessés.

Deux manifestants ont été arrêtés pour avoir agressé un policier, un pour avoir été en possession d’une arme, un autre pour possession d’une fusée éclairante et un autre pour dégâts infligés à un bus.

« Eléments extrémistes »

Au moment de son arrestation, Tommy Robinson faisait déjà l’objet d’une condamnation avec sursis pour une affaire distincte et avait été averti par un juge qu’il risquait la prison s’il commettait d’autres infractions, selon la BBC. Il avait alors plaidé coupable et avait été condamné à 10 mois de prison pour outrage au tribunal et trois mois supplémentaires pour avoir enfreint sa peine précédente.

Des restrictions en matière de publication sont imposées dans toutes les procédures judiciaires en Grande-Bretagne afin d’éviter que les jurys soient influencés par les médias.

Tommy Robinson a quitté en 2013 l’EDL, qui organisait des manifestations contre ce qu’elle considérait être la propagation de l’islam radical en Grande-Bretagne, affirmant qu’il ne pouvait plus contenir ses « éléments extrémistes ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite