Affaire Delphine Boël: «Je me réjouis de la décision de la cour», a commenté Me Marc Uyttendaele

L’un des conseils de Delphine Boël, Me Marc Uyttendaele, a réagi, lundi soir, à la publication de l’arrêt intermédiaire de la cour d’appel de Bruxelles qui estime déjà qu’il est suffisamment prouvé que Jacques Boël n’est pas le « vrai » père de sa cliente. « Je me réjouis de cette décision car, tout d’abord, la cour estime que la biologie est claire : Delphine Boël n’est pas la fille biologique de Jacques Boël », a-t-il déclaré à l’agence Belga.

« Il reste désormais la question de droit. Il faudra voir, là, si le droit rejoint la biologie », a précisé l’avocat. Une audience aura effectivement lieu le 20 septembre prochain pour débattre du lien de parenté entre Jacques Boël et Delphine Boël sur le plan juridique.

Pour rappel, le tribunal de première instance avait estimé, lui, qu’il n’y avait pas lieu de contester la paternité de Jacques Boël sur base du principe de « possession d’état », autrement dit le fait qu’il y avait un lien affectif entre le père supposé et l’enfant.

Un délais raisonnable

« Je me réjouis aussi de voir que la cour a été sensible à l’inquiétude de ma cliente quant à l’âge et à l’état de santé d’Albert II et a ainsi fixé une date relativement proche, septembre prochain, alors que les délais habituels à la cour d’appel sont beaucoup plus longs. La cour décide donc de provoquer un débat rapide sur la question », a précisé Me Uyttendaele.

La cour d’appel de Buxelles a estimé, lundi, que le test ADN effectué hors procédure judiciaire par Jacques Boël suffisait amplement et qu’il n’était donc pas nécessaire de faire procéder à un nouveau test le concernant.

Quant au roi Albert II, la cour a estimé, pour des raisons techniques et juridiques, qu’il était trop tôt pour décider de le soumettre ou non à un tel test génétique. Il faudra attendre l’audience du 20 septembre prochain, pour, avant toute autre démarche, consacrer ou non juridiquement la fin de la filiation entre Jacques Boël et Delphine Boël.

En avril dernier, la cour d’appel de Bruxelles avait entendu toutes les parties et avait annoncé qu’elle déterminerait en juin s’il y a lieu ou non de procéder à des tests ADN sur Jacques Boël et sur Albert II, avant d’aborder les débats au fond.

Les conseils de Delphine Boël avaient demandé qu’on y procède, de manière à prouver que Jacques Boël n’est pas le père biologique de leur cliente et que le roi Albert II l’est.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

  2. 10767242-002-GJND0JDBD.1

    Les entreprises gavent-elles trop leurs actionnaires en dividendes?

  3. Geert Pauwels. © Kempenaerts

    Geert Pauwels: «Le transport de fret ferroviaire est une des solutions pour le climat»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite