Accueil Société

Le kot d’étudiant, ce boulet financier des familles

La moitié des étudiants du supérieur réside en kot. Un tiers ne peut se le permettre faute de moyens. Le gouvernement wallon cherche une solution pour soulager les familles dont le budget est grevé par le prix d’un kot.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Un témoignage d’abord. Celui de Marc, la cinquantaine, père de deux grands enfants : « Si mes deux filles n’avaient pas loué un kot, j’aurais accepté la prépension. Là, je vais travailler jusqu’à mes 65 ans. Mais je ne le regrette pas : on n’avait pas envie de réduire notre train de vie ni celui des enfants. Les logements à Bruxelles sont impayables. Il n’y a rien de convenable en dessous de 400 euros par mois. Sans compter la nourriture, l’électricité, internet… C’est un budget qui tourne autour des 800 à 1.000 euros par mois. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs