Accueil Société

A Gand, les derniers jours d’un navire de guerre (photos)

Les chantiers navals Galloo, à Gand, sont leaders européens en démantèlement de bateaux. Ils doivent faire face à une concurrence agressive de pays asiatiques. L’armée française leur confie ses navires déclassés. Avant la Marine belge ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Parti de la rade de Toulon le 17 mai dernier, le navire de guerre français Bougainville, démilitarisé, est solidement amarré depuis quelques jours le long des quais des chantiers navals Galloo, à Gand. Il ne les quittera que dans une bonne année mais en pièces détachées et en plaques de métal vouées à connaître une seconde vie en Europe ou ailleurs.

La longue carcasse grise de 78 mètres totalement rongée par la rouille de l’ancien navire collecteur de renseignements, numéroté L9077, attend son heure. Arrivé de Toulon, lui aussi, en août dernier, l’Orage donne une vague idée de ce qui attend le Bougainville. Dépouillé, l’ancien transporteur de chalands de débarquement n’est plus qu’une cale ouverte qui laisse apparaître quelques machines fatiguées. Dans les tout prochains jours, il sera réduit à l’état de cubes métalliques après être passé sous une presse.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs