Francken à la rencontre des Géorgiens pour les dissuader de demander l’asile

©Belga
©Belga

Le secrétaire d’Etat à l’Asile, Theo Francken, est en déplacement en Géorgie afin de mener une campagne visant à dissuader les Géorgiens de demander l’asile en Belgique.

Depuis la fin mars 2017, les Géorgiens peuvent se rendre dans l’Union européenne sans visa. Un nombre croissant d’entre eux ne rentre pas vers leur pays et demande l’asile en Belgique alors que la Géorgie est cataloguée comme « pays sûr ».

«  C’est un pays sûr. Les opposants politiques ou les journalistes ne sont pas jetés en prison. L’asile est réservé aux personnes qui ont besoin d’une protection, comme les Syriens », a expliqué M. Francken.

Campagne de dissuasion

Une campagne de dissuasion a été lancée sur ondes géorgiennes, en télévision et sur les réseaux sociaux. La Belgique a déjà mené de telles opérations médiatiques en Albanie et en Guinée, et elles ont porté leurs fruits, selon M. Francken. «  Après une telle campagne, le nombre de demande diminue de moitié », a-t-il indiqué.

La Belgique n’est pas la seule à prendre une telle initiative. La Suède et l’Allemagne ont déjà fait de même.

Le secrétaire d’Etat a rencontré mardi les autorités géorgiennes qui collaborent, a-t-il expliqué, à cette campagne. Les rencontres ont également porté sur l’envoi d’un officier de liaison géorgien en Belgique afin de favoriser l’échange d’informations policières. Les prisons belges comptent une soixantaine de ressortissants géorgiens, un nombre relativement important vu la petite taille de la communauté géorgienne en Belgique. Il s’agit essentiellement de personnes poursuivies ou condamnées pour vol.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

  2. 10767242-002-GJND0JDBD.1

    Les entreprises gavent-elles trop leurs actionnaires en dividendes?

  3. Geert Pauwels. © Kempenaerts

    Geert Pauwels: «Le transport de fret ferroviaire est une des solutions pour le climat»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite