Le Bota Solar, un bâtiment emblématique

La nouvelle structure sera déposée par le dessus, ce qui permettra au locataire de rester présent durant les travaux.
La nouvelle structure sera déposée par le dessus, ce qui permettra au locataire de rester présent durant les travaux. - D.R.

Cet immeuble trois façades en béton architectonique, peu visible bien que situé stratégiquement au cœur de Bruxelles, à l’angle de la rue Neuve et du boulevard Adolphe Max, ne passera bientôt plus inaperçu. Immo Stephano, son propriétaire et maître d’ouvrage, a décidé de lui redonner une forte identité architecturale. Féru du développement durable, il a souhaité investir dans un bâtiment qui sorte du lot et qui s’inscrit dans les objectifs fixés par la Cop 21.

Début 2016, un concours restreint entre plusieurs bureaux d’architectes belges et internationaux est lancé. C’est le projet de Sunsoak design et de Ney & Partners qui est retenu. « Nous avons choisi de nous associer pour devenir ensemble maîtres d’œuvre », explique Jean-Didier Steenackers, architecte, fondateur de Sunsoak design. Une structure solaire impressionnante composée de deux portiques métalliques blancs portera 800 m2 de verres solaires translucides sur des haubans donnant à la voile de verre une courbure légère. La technologie photovoltaïque fabriquée sur mesure pour le projet est une originalité.

Passionné de technologies durables, spécialiste en technologies solaires et éoliennes, Jean-Didier Steenackers souligne : « Ce qui est intéressant et que personne ne sait, c’est que cette technologie est vraiment belge. Des industriels belges en façade solaire sont fournisseurs de grands projets comme à Paris, le tribunal de grande instance réalisé par Renzo Piano, une tour de 160 m de haut. Ces technologies de verres photovoltaïques architecturaux sont un des points forts de notre industrie où ils sont fabriqués à dimensions et mis en place par une équipe de designers et d’installateurs hyperspécialisés qui viennent sur site. En Belgique, nous avons des entreprises verrières solaires extrêmement performantes. »

« Avec cette façade principale qui fait face à la place Rogier mais est située au nord, nous sommes les seuls architectes en lice à avoir proposé de voir la structure du dessous. Celle-ci est possible vu que ce voile photovoltaïque est suspendu et soutenu par des haubans, des profilés métalliques souples. C’est cela qui donne de la légèreté à l’ensemble », explique-t-il. La nouvelle structure sera déposée par le dessus. Elle viendra s’appuyer sur les colonnes du bâtiment de façon verticale. Les travaux de génie civil seront réalisés en permettant au locataire, en l’occurrence Bruxelles-Formation, de rester présent. « Nous espérons que les travaux puissent commencer cet automne », ajoute Jean-Didier Steenackers. Sous la structure solaire sera intégré un parc urbain en altitude au dernier étage de toiture. Un dialogue sera par ailleurs établi entre la structure sur le toit et un large auvent surplombant 2.200 m2 de retail situé au rez-de-chaussée.

Le photovoltaïque convient à la ville

Ce type de structure photovoltaïque architecturale située sur le toit d’un bâtiment a-il de l’avenir dans une ville comme Bruxelles ? Le jeune architecte le pense. « Au départ, le propriétaire voulait installer du photovoltaïque et de l’éolien sur son toit. Pour installer les panneaux solaires, nous avons proposé une forme courbe pour pouvoir bénéficier au maximum des rayons du soleil. La centrale solaire architecturale couvrira quelque 30 % des besoins en électricité du bâtiment. » Pour lui, le solaire est une technologie très adaptée à l’urbain, particulièrement pour obtenir de grandes puissances. Ce n’est pas encore totalement le cas pour l’éolien. Reste à dessiner une telle structure comme un authentique objet d’urbanisme, et à soigner chaque détail pour en optimiser le fonctionnement et l’intégration dans la ville.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la Casa, certains étudiants portent même le masque entre leurs gorgées de bière.

    A Louvain-la-Neuve, la chasse aux soirées pirates

  2. belgaimage-168437410-full

    Négociations fédérales: les coulisses d'une semaine décisive

  3. d-20200304-GFA45C 2020-03-04 10:10:07

    Les Racines élémentaires de Michel Claise: «Je suis un enfant abandonné, sauvé par mes études et mes grands-parents»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite