Mars enveloppée par une tempête de sable, un des deux robots de la Nasa ne répond plus

Mars enveloppée par une tempête de sable, un des deux robots de la Nasa ne répond plus

Une gigantesque et violente tempête de poussières est en train de recouvrir la totalité de Mars, coupant du monde Opportunity, l’un des deux robots de la Nasa qui explorent la planète. Les ingénieurs se demandent s’il ressuscitera.

Plus du quart de la planète est déjà recouvert par la tempête. Sur les zones déjà frappées, il fait complètement noir, a confirmé la Nasa mercredi. Dans deux ou trois jours, toute la planète sera engloutie, pour potentiellement plusieurs semaines.

La Nasa a trois satellites en orbite autour de Mars, et deux robots au sol. Le plus vieux d’entre eux, Opportunity, a parcouru plus de 45 km depuis 2004, alimenté en énergie par des panneaux solaires (l’autre, Curiosity, est nucléaire et roule depuis 2012). Quand il n’y a plus de soleil, Opportunity se met en sommeil. C’est le cas depuis la semaine dernière, et il n’a plus donné de nouvelles depuis dimanche.

« Nous attendons, nous écoutons tous les jours pour voir s’il envoie un signal », a expliqué John Callas, le chef de projet Opportunity à la Nasa.

Le problème est que le robot ne peut rester en sommeil longtemps que si la température ne descend pas en-dessous de -55 degrés Celsius. Heureusement, les scientifiques ne s’attendent pas à ce qu’elle descende en-dessous de -36, car l’été approche sur Mars.

« Nous devrions être capables de survivre à la tempête une fois que le ciel se dégagera », a prudemment dit John Callas. Quand Opportunity reverra le soleil, il devrait pouvoir recharger ses batteries.

Bien qu’elles soient vieilles de plus de 15 ans, « ce sont les meilleures batteries du système solaire », a-t-il dit. Elles ont gardé une capacité de 85 %.

Inquiétude et curiosité

S’il se réveillait, Opportunity confirmerait son statut quasi-invincible : la mission initiale du robot était en effet de 90 jours.

En Californie, au centre de contrôle du programme Opportunity, l’inquiétude était mêlée à la curiosité scientifique : de telles tempêtes planétaires sont en effet rares.

Mars est surveillée en continu par des sondes, quotidiennement, depuis une vingtaine d’années, et une tempête globale n’y a été observée qu’une douzaine de fois, a dit Rich Zurek, le responsable scientifique du programme Mars.

Or, avant d’envoyer des hommes sur la planète, il est essentiel d’améliorer… les prévisions météorologiques. La Nasa veut pouvoir anticiper des tempêtes de cette taille-là, dont on ne comprend pas bien l’origine.

« Nous voulons éviter une situation où une équipe travaillerait loin de sa base et serait surprise par ce genre de tempêtes, et aurait du mal à rentrer », a expliqué Jim Watzin, directeur du programme d’exploration martienne à la Nasa, à Washington.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite