Mars enveloppée par une tempête de sable, un des deux robots de la Nasa ne répond plus

Mars enveloppée par une tempête de sable, un des deux robots de la Nasa ne répond plus

Une gigantesque et violente tempête de poussières est en train de recouvrir la totalité de Mars, coupant du monde Opportunity, l’un des deux robots de la Nasa qui explorent la planète. Les ingénieurs se demandent s’il ressuscitera.

Plus du quart de la planète est déjà recouvert par la tempête. Sur les zones déjà frappées, il fait complètement noir, a confirmé la Nasa mercredi. Dans deux ou trois jours, toute la planète sera engloutie, pour potentiellement plusieurs semaines.

La Nasa a trois satellites en orbite autour de Mars, et deux robots au sol. Le plus vieux d’entre eux, Opportunity, a parcouru plus de 45 km depuis 2004, alimenté en énergie par des panneaux solaires (l’autre, Curiosity, est nucléaire et roule depuis 2012). Quand il n’y a plus de soleil, Opportunity se met en sommeil. C’est le cas depuis la semaine dernière, et il n’a plus donné de nouvelles depuis dimanche.

« Nous attendons, nous écoutons tous les jours pour voir s’il envoie un signal », a expliqué John Callas, le chef de projet Opportunity à la Nasa.

Le problème est que le robot ne peut rester en sommeil longtemps que si la température ne descend pas en-dessous de -55 degrés Celsius. Heureusement, les scientifiques ne s’attendent pas à ce qu’elle descende en-dessous de -36, car l’été approche sur Mars.

« Nous devrions être capables de survivre à la tempête une fois que le ciel se dégagera », a prudemment dit John Callas. Quand Opportunity reverra le soleil, il devrait pouvoir recharger ses batteries.

Bien qu’elles soient vieilles de plus de 15 ans, « ce sont les meilleures batteries du système solaire », a-t-il dit. Elles ont gardé une capacité de 85 %.

Inquiétude et curiosité

S’il se réveillait, Opportunity confirmerait son statut quasi-invincible : la mission initiale du robot était en effet de 90 jours.

En Californie, au centre de contrôle du programme Opportunity, l’inquiétude était mêlée à la curiosité scientifique : de telles tempêtes planétaires sont en effet rares.

Mars est surveillée en continu par des sondes, quotidiennement, depuis une vingtaine d’années, et une tempête globale n’y a été observée qu’une douzaine de fois, a dit Rich Zurek, le responsable scientifique du programme Mars.

Or, avant d’envoyer des hommes sur la planète, il est essentiel d’améliorer… les prévisions météorologiques. La Nasa veut pouvoir anticiper des tempêtes de cette taille-là, dont on ne comprend pas bien l’origine.

« Nous voulons éviter une situation où une équipe travaillerait loin de sa base et serait surprise par ce genre de tempêtes, et aurait du mal à rentrer », a expliqué Jim Watzin, directeur du programme d’exploration martienne à la Nasa, à Washington.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Image=d-20190425-3TK8D2_high

    Faut-il jeter le vaccin de la coqueluche?

  • Mezza-2

    Par Cécile Thibert (Le Figaro)

    Lena

    Entre stupeur et fascination, plongée dans la médecine du XIXe siècle

  • La hausse du niveau des océans est l’un des effets délétères du réchauffement climatique

    Par Tomasz Ulanowski (Gazeta Wyborcza)

    Lena

    Le réchauffement climatique va-t-il engendrer des guerres civiles?

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite