Accueil Société Régions Liège

Trilogiport, vivier pour la Basse-Meuse

Créée pour amortir l’impact de la fermeture de Chertal, Basse-Meuse Développement fait un premier bilan. Le taux de chômage s’est stabilisé mais reste trop élevé, comparé à celui de la Région.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Motiver l’entreprenariat, aider les sans-emploi à se former et trouver un job, identifier et soutenir des activités de développement économique… Depuis dix ans, l’ASBL Basse Meuse Développement tente de contrer les pertes d’emploi liées à la fermeture de la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise. A l’époque de sa création, en 2005, les trois principales communes (Herstal, Oupeye et Visé) estimaient à 1.200 le nombre d’emplois concernés en Basse-Meuse par cette fermeture.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs