Theo Francken souhaite un arrêt total de la migration illégale (vidéo)

©Belga
©Belga

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) veut un arrêt total de la migration illégale, confie-t-il samedi dans Het Nieuwsblad. Si cela dépendait de lui, toute personne qui essaye d’entrer au sein de l’Union européenne sans respecter les lois – que ce soit par bateau ou par une autre voie – perdrait son droit à l’asile.

Il s’agit d’une proposition personnelle du secrétaire d’Etat. «  Je trouve que la migration illégale doit être combattue autant que possible. Si vous essayez de venir illégalement en Europe, vous n’aurez plus le droit d’entrer dans l’UE ultérieurement. Il est tout de même insensé que vous payiez d’abord un passeur, que vous enrichissiez de la sorte le crime organisé et que, si vous êtes ramenés, vous puissiez toujours entrer », déplore-t-il.

Des camps comme seule entrée

Theo Francken propose également que les réfugiés ne puissent plus entrer en Belgique ou en Europe qu’en passant par des camps des Nations unies situés en zones de guerre. Il souhaiterait dès lors voir disparaître les guichets d’asile à Bruxelles. «  Faire venir davantage de véritables réfugiés, avec des programmes de réinstallation du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, provenant de camps situés dans des régions conflictuelles. Comme nous le faisons déjà maintenant. Les Nations unies sélectionnent elles-mêmes ces réfugiés », préconise cette seconde proposition du secrétaire d’Etat.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite