Le pape François compare certains avortements à un eugénisme comme celui pratiqué par les «nazis»

Le pape François compare certains avortements à un eugénisme comme celui pratiqué par les «nazis»

Le pape François a comparé samedi l’avortement pratiqué en cas de handicap de l’enfant à un eugénisme « en gants blancs  » comme celui pratiqué par les « nazis ».

«  J’ai entendu dire qu’il est à la mode, ou au moins habituel, de faire au cours des premiers mois de grossesse des examens pour voir si l’enfant ne va pas bien ou s’il naîtra avec quelque chose (un problème, ndlr), le premier choix étant de s’en débarrasser », a déclaré le pape en recevant au Vatican des représentants d’associations familiales.

«  Au siècle dernier, tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour veiller à la pureté de la race. Aujourd’hui nous faisons la même chose en gants blancs », a déclaré le pontife argentin.

Le pape s’est aussi interrogé : «  Pourquoi ne voit-on plus de nains dans les rues ? Parce que le protocole de nombreux médecins dit : il va naître avec une anomalie, on s’en débarrasse ».

« Une seule famille »

S’exprimant sur la question de la famille, le pape a observé qu’« aujourd’hui on parle de familles diversifiées, de divers types de familles. Oui c’est vrai : famille est un seul et même mot, on dit aussi la famille des étoiles, la famille des animaux ».

«  Mais la famille, à l’image de Dieu, homme et femme, il n’y en a qu’une seule », a poursuivi Jorge Bergoglio.

«  La famille est une belle aventure et aujourd’hui, c’est une souffrance que de le dire, on observe que souvent on pense à fonder une famille, à se marier, comme s’il s’agissait d’une loterie. Si ça va, ça va et si ça ne va pas, on efface tout et on recommence », a déploré le pape.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite