Accueil Sciences et santé

Les francophones ont une guerre de retard sur le papillomavirus

Pour le député MR et médecin Jacques Brotchi, il faut généraliser la vaccination chez les filles mais aussi chez les garçons

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 3 min

Nom de code : HPV. Nom commun : papillomavirus. Une des maladies sexuellement transmissibles les plus répandues. Au sein de la population sexuellement active, 70 à 80 % seront en contact avec ce virus au cours de leur vie, s’exposant au risque de développer une forme de cancer oro-génital. Le fonctionnement de ce virus est bien maîtrisé : une politique vaccinale bien pensée permet de le réduire considérablement. Il « suffirait » d’une couverture de 75 % de la population pour obtenir une immunité collective. 75 % ? On en est loin, très loin, aujourd’hui en Fédération Wallonie-Bruxelles. Raison pour laquelle le député MR Jacques Brotchi vient de déposer devant le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles une « proposition résolution visant à élargir et renforcer la vaccination contre le papillomavirus humain ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs