La première vente de Piasa Bruxelles

Dirigée depuis 2012 par Frédéric Chambre, la salle parisienne, qui s’est fait une spécialité au niveau du design d’après-guerre, « revient » tout logiquement à Bruxelles. Rappelons-nous : Chambre fut six années durant le responsable de l’antenne belge de PBA. C’était place du Sablon, dans le grand bâtiment Beaux-Arts de l’ancienne Manufacture de fourrures Raymond Mallien. Six ans plus tard, le revoilà chez nous dans un lieu déjà fortement tourné vers l’Hexagone : la Patinoire royale. Cet endroit magnifique a été inauguré en 2015 à l’issue d’une double campagne de restauration menée par le tandem franco-belge composé de Jean-Paul Hermant pour l’architecture et de Pierre Yovanovitch pour l’aspect muséal et scénographique. C’est tout naturellement que Piasa a fait appel au même architecte d’intérieur pour la mise en scène de cette double vente. Il y aura un volet design avec une vacation de 253 lots relevant du « Brasilian vs American vs Scandinavian Design » et un volet verrerie de 50 lots en provenance du Venini Museo de Murano. Cette arrivée à Bruxelles d’un nouvel acteur du marché de l’art – et plus spécifiquement du design d’après-guerre où il se targue d’être un des leaders à l’international – devrait lui permettre « de développer des thématiques spécifiques, différentes de celles exploitées à Paris, explique Frédéric Chambre, qui insiste sur le regard particulier qui sous-tend chaque vacation de Piasa. Bruxelles s’inscrit dans l’esprit d’un développement complémentaire de Paris qui essaimera peut-être à l’avenir dans d’autres villes européennes. Pour l’heure, notre intention est de montrer de manière plus physique ce que nous faisons à Paris, mais autour de thèmes nouveaux et de nous rapprocher des collectionneurs belges. Nous avons programmé trois ventes par an : en mars, en juin et en décembre, toutes à la Patinoire, un lieu qui n’a jamais été conçu pour cela mais qui s’y adapte parfaitement », souligne-t-il.

Grete Jalk, chaise modèle GJ Laminated Bow chair, contreplaqué, 1963, estimation 20-30.000 euros, lot 128. © Piasa.
Grete Jalk, chaise modèle GJ Laminated Bow chair, contreplaqué, 1963, estimation 20-30.000 euros, lot 128. © Piasa.

Design vs Venini

Du point de vue de la vente design, on remarquera le travail précurseur des designers scandinaves comme Grete Jalk (Laminated Chair, 1963, estimation 15-20.000 euros), Alvar Aalto ou Poul Kjaerholm. Mais également de très belles pièces, rares sur le marché européen, des Américains Vladimir Kagan, Edward Wormley ou George Nakashima. On ne manquera pas non plus les pièces de Geraldo de Barros ou de Joaquim Tenreiro (table triangulaire, jacaranda et verre, 1960, 25-35.000 euros), designers brésiliens légendaires s’il en est.

Tapio Wirkkala, Pavoni, 1978, estimation 1.500-2.000 euros, lot 38. © Piasa.
Tapio Wirkkala, Pavoni, 1978, estimation 1.500-2.000 euros, lot 38. © Piasa.

La partie verre rassemble une sélection de 50 plats réalisés pour Venini par Timo Sarpaneva et Tapio Wirkkala. Ces pièces uniques réalisées par l’atelier verrier le plus influent de Murano jusqu’alors conservées dans le musée et signées par d’éminentes figures du design finlandais et international sont à prendre autour de 1.000-2.000 euros. Les catalogues sont en ligne et l’exposition accessible dès le 22 juin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite