Accueil Opinions Chroniques

Et si les résultats de la Coupe du monde étaient définis par le hasard?

L’économiste Paul De Grauwe chronique la Coupe du monde. Selon lui, l’issue de la compétition dépend principalement du hasard. Une notion difficile à accepter pour les supporters.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

La Coupe du monde de football a un effet captivant, également pour l’auteur de ces lignes. L’imprévisibilité du jeu est un facteur qui est à la base de la popularité du football. Cette imprévisibilité est particulièrement grande lors du Mondial. Qui deviendra champion du monde ? Une dizaine de pays, dont la Belgique, ont une chance. Qui le deviendra sera presque exclusivement déterminé par un facteur aléatoire. Surtout à partir des huitièmes de finale, la chance sera le seul facteur qui apportera de la clarté. La plupart des matchs se termineront par une petite différence de buts. Ils seront décidés par des coïncidences telles que des décisions contestées de hors-jeu, des penalties manqués, des ballons qui heurtent le cadre du but, etc. Il y a peu de compétitions internationales comme le football, dont l’issue dépend tellement du hasard : le seul but marqué à la 99e minute, ou le carton rouge qui est tiré de façon injuste et qui détermine le résultat.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par PETIT Robert, mercredi 20 juin 2018, 22:19

    Par le hasard ? Ben tin donc ! Par Eden Hazard, certainement ! MDR ! OK, je vais dormir !

  • Posté par Remacle Jacques, mercredi 20 juin 2018, 9:41

    Ce monsieur devrait relire Le hasard et la nécessité de Jacques Monod

  • Posté par Meunier Françoise, mercredi 20 juin 2018, 22:56

    Où il dit : « Le hasard pur, le seul hasard, liberté absolue mais aveugle, à la racine même du prodigieux de l'évolution, cette notion centrale de la biologie moderne n'est plus aujourd'hui une hypothèse, parmi d'autres possibles ou au moins concevables. Elle est la seule concevable, comme seule compatible avec les faits d'observation et d'expérience. »

  • Posté par albert vynckier, mardi 19 juin 2018, 22:32

    si le temps d'un match était infiniment long et comme deux équipes ne sont jamais parfaitement de même force. c'est l'équipe la plus forte qui l'emporterait car le hasard signifie au fond que l'équipe A a autant de chance de l'emporter que l'équipe B sinon ce n'est pas le hasard. me trompé-je? donc c'est celui qui a la main sur l'horloge qui est le maître du jeu.

  • Posté par YVES DELOS, mardi 19 juin 2018, 21:35

    Le hasard n'est qu'un mot pour "expliquer" ce que l'on ne comprend pas. TOUT découle d'actions précédentes qui s'entrecroisent depuis le big bang. On ne peut pas dire que tout est écrit car personne ne l'a écrit et a fortiori, personne ne l'a lu. Le monde est fait de milliards de vies qui s'entrecroisent les unes avec les autres. Si l'on pouvait ressentir le frémissement de chacun de ces fils quand une donnée le traverse, l'avenir serait alors entièrement calculable et aussi fiable que les mathématiques.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs