Accueil Monde Europe

Matteo Salvini: du cœur à gauche à la défense de la race blanche

Il défie l’Europe, exige des excuses formelles de la France, insulte la Tunisie et Malte, impose sa ligne xénophobe au gouvernement de Giuseppe Conte, traite Berlusconi comme un allié mineur. Ce lundi, Matteo Salvini réclamait de façon matamoresque un recensement des Roms pour expulser ceux d’origine étrangère qui seraient en situation irrégulière.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 13 min

Quelques kilos de trop, un diamant à l’oreille et l’élégance d’un cousin de province endimanché, une pensée qui va rarement au-delà du slogan : le nouvel homme fort de la Péninsule n’a pas le physique de l’emploi. Pourtant, « l’autre Matteo », surnom qu’il s’est gagné dans sa bataille contre Matteo Renzi, est un animal politique capable de se renier pour surfer sur la vague de l’émotion, un tribun d’une redoutable efficacité, un stratège sans pitié. Un leader avec lequel l’Europe va devoir se confronter.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs