Accueil Société

Il y a une vie après la décharge

Il y a des matériaux et de l’énergie dans les vieilles décharges. Et certains terrains valent de l’or. Mais il faut mieux connaître le contenu des dépotoirs. Et pouvoir le valoriser.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Il fut un temps où la vie était simple. Une poubelle pour tous les déchets. Et hop, tous les déchets à la décharge ou à l’incinérateur. On caricature à peine. Résultat : il y a aujourd’hui 3.500 anciennes décharges en Wallonie, plus de 2.200 en Flandre. Un héritage parfois très lourd : on était peu regardant à l’époque. En Europe, à peine une décharge sur dix – et il y en aurait 500.000… – a été réalisée en prenant les précautions d’usage (une bâche imperméable dans le fond, une surveillance de l’évolution et des émanations des déchets). Surtout, un héritage mal connu : souvent, on ignore la quantité et le type de déchets qui ont été versés. On ne sait ni d’où ils viennent, ni par qui ils ont été apportés…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs