Le campus Solvay a le regard tourné vers le futur

Le campus Solvay a le regard tourné vers le futur
schmidt hammer lassen.

Solvay a dévoilé récemment le projet de son futur siège social. Installé sur le campus Solvay à Neder-over-Heembeek, celui-ci rassemblera en son sein le millier de collaborateurs aujourd’hui disséminés aux quatre coins d’un parc de 22 hectares dans une vingtaine de bâtiments… dont certains ont plus de 60 ans.

Relations humaines, département recherche et innovation, avocats, laboratoires, ateliers, espace partagé : tout le monde intégrera un bâtiment qui promet beaucoup, notamment par son architecture moderniste qui s’appuie sur le béton et le verre.

Le spécialiste belge de la chimie et des matériaux avancés n’a pas souhaité dévoiler le montant du projet, mais il se chiffre à plusieurs millions d’euros.

Un concours a réuni une vingtaine de candidats. Après un premier écrémage, cinq ont été retenus mais la palme a finalement été décernée au consortium composé du cabinet d’architecture danois Schmidt Hammer Lassen et au bureau belge Modulo Architects. La partie technique a quant à elle été confiée à VK Engeneering. « Leur projet a été retenu car il était celui qui se rapprochait le plus de l’imposant cahier des charges que nous avions établi, assure Caroline Jacobs, la responsable de la communication chez Solvay. Pour permettre l’érection du nouveau bâtiment, la tour de six étages et le bâtiment “U” seront détruits. Le nouvel édifice sera neutre en carbone. »

Entendez par là qu’il visera à se satisfaire à lui-même en matière de consommations énergétiques. Une prouesse qui doit cadrer avec l’ambition du groupe : transformer l’actuel campus en espace à la pointe en matière technologique. « Le nouveau bâtiment principal sera le centre du campus, peut-on lire dans le communiqué. Sa neutralité en carbone sera rendue possible grâce à la géothermie, aux cellules photovoltaïques (NDLR : qui représenteront une surface d’une fois et demie un terrain de football) et à la ventilation naturelle pour chauffer ou climatiser l’édifice. L’eau de pluie recueillie sera réutilisée au maximum. Les plans prévoient même la réhabilitation d’un affluent de la Senne du XVIIIe siècle pour favoriser la nature et la biodiversité. »

Les travaux devraient débuter mi-2019 et s’achever en 2021. L’entrée du bâtiment s’ouvrira sur un impressionnant atrium baigné de lumière naturelle où les collaborateurs pourront se retrouver, travailler et se relaxer. Une grande place et des espaces verts guideront le visiteur vers le hall d’entrée, lequel sera encadré par le café et le Solvay Experience Center. « Rassembler mille personnes au sein d’un même bâtiment permettra davantage de convivialité et de coopération entre les différents services, explique encore Caroline Jacobs. Le restaurant actuel sera conservé mais il sera complètement réaménagé. Différents services y prendront place. On y trouvera par exemple un cordonnier ou un concierge… »

Dans le prolongement du nouveau bâtiment qui comportera neuf étages, dont le dernier consacré aux locaux techniques, et qui offrira une vue à 360º sur les environs, le campus subira lui aussi un lifting complet pour devenir un lieu dédié à l’innovation attirant start-up et entreprises.

Fondé à Aarhus en 1986 par un groupe d’architectes danois, le bureau Schmidt Hammer Lassen est connu pour l’incroyable diversité de ses projets construits à travers le monde entier. C’est notamment lui qui a imaginé le bâtiment de la Cour internationale de Justice à La Haye. Il possède des bureaux à Aarhus, Copenhague et Shanghai.

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite