Tour et Taxis, les travaux continuent

Fin 2020, il sera possible de déambuler au sein de la nouvelle Gare maritime de Tour et Taxis. Un lieu dédié avant tout au tourisme. © D.R.
Fin 2020, il sera possible de déambuler au sein de la nouvelle Gare maritime de Tour et Taxis. Un lieu dédié avant tout au tourisme. © D.R.

Le site de Tour et Taxis a déjà connu bien des changements au cours de ces dernières années, mais force est de constater… qu’il n’a encore rien connu eu égard aux travaux en cours et à venir. On le sait : c’est un endroit qui concentre toutes les attentions et est appelé à devenir un lieu de vie important pour les Bruxellois.

Si l’Entrepôt royal est achevé depuis longtemps, si l’IBGE y a construit son « grille-pain » qu’on aime ou qu’on déteste, et si les fonctionnaires flamands ont désormais intégré leur nouveau cadre de travail, les pelleteuses n’en ont pas terminé pour autant.

Aujourd’hui, l’attention se concentre sur les travaux de rénovation de l’Hôtel de la poste et de la Gare maritime, qui fut jadis la plus grande gare de marchandises d’Europe.

Le premier (qui donne sur la rue Picard et s’intègre en partie dans la Gare maritime) a déjà vu sa façade et son rez-de-chaussée rénovés en 2013. Les ouvriers s’affairent désormais aux trois étages où prendront place notamment un restaurant, un business club, un centre de formation et même une salle de cinéma (de 30 à 60 places). Les travaux doivent s’achever à la fin de cette année.

La seconde, qui se déploie sur une surface au sol de 4 hectares, présentera dix volumes intérieurs axés autour d’une gigantesque travée centrale le long de laquelle on trouvera selon toute vraisemblance des bureaux, des espaces destinés aux équipements, quelques magasins (mais pas axés sur la mode), une agriculture urbaine mobile ainsi qu’une université entièrement dédiée à la gastronomie.

Propriétaire des lieux, le développeur immobilier Extensa, dont l’actionnaire unique n’est autre que le groupe Ackermans van Haaren, souhaite faire de la Gare maritime un lieu hautement touristique. Si les travaux se poursuivent comme prévu, le nouvel espace sera achevé fin 2020.

Une fois ces deux autres piliers du vaste ensemble Tour et Taxis achevés, il restera alors à se concentrer sur la rénovation des Sheds (« hangars » en français) où ont lieu des salons comme la Foire du livre, de l’Hôtel des douanes (probablement transformé en hôtel) mais aussi, et surtout, d’une zone appelée « Zone C » destinée à accueillir pas moins de mille unités de logement de tous types (une maison de repos et des appartements-services sont par exemple prévus).

Et s’il vous en faut encore, on précisera que l’actuelle zone (immense) de parking abritera elle aussi un millier de logements tels que prévu par le PPAS.

Procéder à autant de transformations ne va pas sans ériger de nouvelles rues, places, allées, drèves et chemins. Appel a été fait aux citoyens pour qu’ils proposent via internet (www.tour-taxis.com) des noms à ces nouveaux lieux de vie (il faut en trouver 28 au total). L’appel a démarré le 11 juin et a déjà généré plus de mille réponses. Il se termine lundi et les résultats seront communiqués le 2 juillet. A vous de jouer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite