Migration: l’Europe projette de créer des camps de triage à l’extérieur de son territoire

©D.R
©D.R

Theo Francken n’a cessé de le répéter ces derniers jours : il souhaite que les candidats à l’asile perdent automatiquement leur droit à une protection en cas d’entrée illégale sur le territoire. Or, comme il n’existe pas de voie d’accès légale en vue de demander l’asile, l’opération reviendrait peu ou prou à supprimer les procédures en Europe. L’idée fait son chemin : refouler les migrants du territoire européen, quel que soit leur profil, pour ne sélectionner que les « vrais » réfugiés dont on veut bien et selon des quotas fixés par les pays d’accueil, via les réinstallations. Problème : c’est illégal. Sauf à changer les traités internationaux qui obligent notamment les pays européens à s’assurer que la personne ne risque pas de traitement inhumain là où on les renvoie.

Notion ambiguë

On se montre donc créatif. Il y a quelques jours, le Conseil d’État français rejetait la notion de « pays tiers sûr » introduit dans la loi sur la migration actuellement débattue. Ce concept permettrait de contourner la loi pour créer des camps de triage aux portes de l’Europe. Theo Francken évoque la Tunisie, où les migrants interceptés en mer pourraient être déroutés, tandis que le Premier ministre autrichien Sebastian Kurz travaille à la création de camps dans les Balkans, où les demandeurs d’asile déboutés pourraient être envoyés en vue de leur rapatriement. Une façon de sous-traiter la gestion de l’asile à l’extérieur des frontières européennes.

Un projet de conclusion du prochain Conseil européen du 28 juin, auquel Le Soir a eu accès, introduit ainsi la notion ambiguë de « plateforme de débarquement régionale » gérée en « étroite collaboration » avec le haut-commissariat aux réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrations.

Ce mercredi matin, Bart De Wever s’est réjoui de la proposition de Donald Tusk de créer des centres d’asile européens en Afrique du Nord : «Les esprits ont enfin mûri», s’est-il exprimé sur Radio Een.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Réfugiés|Lois et règlements|Tunisie|Europe|OIM|Conseil européen
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite