Elections communales: Charles Michel ne sera finalement pas candidat à Wavre

Charles Michel compte plutôt se représenter aux élections fédérales.
Charles Michel compte plutôt se représenter aux élections fédérales. - Belga.

Il avait déjà annoncé qu’il laissait la tête de liste à la bourgmestre en fonction, Françoise Pigeolet. Il vient d’annoncer aux militants MR de Wavre qu’il ne sera finalement pas du tout sur la liste. Charles Michel ne sera donc pas candidat à un poste exécutif dans sa ville d’adoption, pour pouvoir se consacrer pleinement à sa fonction de Premier ministre. Il s’agit d’une petite révolution en Brabant wallon, surtout après que son frère, Mathieu, avait annoncé qu’il ne serait pas candidat dans sa commune de Jodoigne, afin de se consacrer à sa liste provinciale.

« Les élections communales approchent à grands pas. Après une mûre réflexion, j’ai décidé de ne pas être candidat. Je tenais à vous en informer personnellement avant une communication publique à cet égard, écrit-il. Il s’agit d’un choix de clarté et de transparence vis-à-vis des citoyens. En effet, dans les circonstances actuelles, ma responsabilité de Premier ministre exige une disponibilité et une mobilisation maximale pour l’ensemble du pays. Cela me semble incompatible avec la participation à une campagne électorale communale. Par ailleurs, je serai candidat en 2019 pour assumer et défendre nos résultats sur le plan économique, social et sécuritaire. Je porterai aussi notre projet pour l’avenir de la Belgique au centre de l’Europe. »

Une ville de cœur

Et d’ajouter : « J’aime Wavre. C’est la ville de mon cœur. J’ai choisi d’y habiter dès la fin de mes études. J’y vis avec ma famille. Mon fils y a été scolarisé et ma fille y sera prochainement. J’aime aussi la chaleur humaine et l’esprit “maca” qui y règnent… Je soutiendrai naturellement tous les candidats de la liste du Bourgmestre, sous la direction de Françoise dont chacun connaît les immenses qualités. Je suis convaincu qu’elle mènera avec brio et en équipe une belle campagne démocratique afin de poursuivre le travail d’embellissement de la ville et de renforcement des services pour la population.  »

Fort de 4.983 voix en 2012, le bourgmestre en titre de la cité du Maca n’était plus vraiment présent dans sa cité, sauf aux moments de rassemblement comme les vœux de l’an neuf ou le carnaval. Un reproche que les électeurs auraient pu lui faire, comme ils l’avaient déjà fait lors des dernières élections communales puisqu’en 2006, Charles Michel avait obtenu 7.172 voix de préférence. C’est donc sans lui que les réformateurs, en majorité absolue, devront se consacrer à la nécessaire revitalisation du centre urbain, selon la vision de Wavre 2030 qu’il avait lancée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite