Elections communales: Charles Michel ne sera finalement pas candidat à Wavre

Charles Michel compte plutôt se représenter aux élections fédérales.
Charles Michel compte plutôt se représenter aux élections fédérales. - Belga.

Il avait déjà annoncé qu’il laissait la tête de liste à la bourgmestre en fonction, Françoise Pigeolet. Il vient d’annoncer aux militants MR de Wavre qu’il ne sera finalement pas du tout sur la liste. Charles Michel ne sera donc pas candidat à un poste exécutif dans sa ville d’adoption, pour pouvoir se consacrer pleinement à sa fonction de Premier ministre. Il s’agit d’une petite révolution en Brabant wallon, surtout après que son frère, Mathieu, avait annoncé qu’il ne serait pas candidat dans sa commune de Jodoigne, afin de se consacrer à sa liste provinciale.

« Les élections communales approchent à grands pas. Après une mûre réflexion, j’ai décidé de ne pas être candidat. Je tenais à vous en informer personnellement avant une communication publique à cet égard, écrit-il. Il s’agit d’un choix de clarté et de transparence vis-à-vis des citoyens. En effet, dans les circonstances actuelles, ma responsabilité de Premier ministre exige une disponibilité et une mobilisation maximale pour l’ensemble du pays. Cela me semble incompatible avec la participation à une campagne électorale communale. Par ailleurs, je serai candidat en 2019 pour assumer et défendre nos résultats sur le plan économique, social et sécuritaire. Je porterai aussi notre projet pour l’avenir de la Belgique au centre de l’Europe. »

Une ville de cœur

Et d’ajouter : « J’aime Wavre. C’est la ville de mon cœur. J’ai choisi d’y habiter dès la fin de mes études. J’y vis avec ma famille. Mon fils y a été scolarisé et ma fille y sera prochainement. J’aime aussi la chaleur humaine et l’esprit “maca” qui y règnent… Je soutiendrai naturellement tous les candidats de la liste du Bourgmestre, sous la direction de Françoise dont chacun connaît les immenses qualités. Je suis convaincu qu’elle mènera avec brio et en équipe une belle campagne démocratique afin de poursuivre le travail d’embellissement de la ville et de renforcement des services pour la population.  »

Fort de 4.983 voix en 2012, le bourgmestre en titre de la cité du Maca n’était plus vraiment présent dans sa cité, sauf aux moments de rassemblement comme les vœux de l’an neuf ou le carnaval. Un reproche que les électeurs auraient pu lui faire, comme ils l’avaient déjà fait lors des dernières élections communales puisqu’en 2006, Charles Michel avait obtenu 7.172 voix de préférence. C’est donc sans lui que les réformateurs, en majorité absolue, devront se consacrer à la nécessaire revitalisation du centre urbain, selon la vision de Wavre 2030 qu’il avait lancée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite