Migration: un mini-sommet européen d’urgence se tiendra dimanche à Bruxelles

©Thierry du Bois / Le Soir.
©Thierry du Bois / Le Soir.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker vient de convoquer un « pré-sommet » extraordinaire dimanche à Bruxelles sur l’asile et la migration avec « un groupe de pays intéressés ». Selon nos informations, il s’agira des dirigeants de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, de l’Espagne, de la Grèce et de Malte, ainsi que des deux pays assurant la présidence semestrielle sortante (la Bulgarie) et entrante (l’Autriche) des travaux ministériels de l’UE.

Ce sommet convoqué de toute urgence est évidemment destiné à sauver le sommet ordinaire des 28 qui se tiendra les jeudi et vendredi de la semaine prochaine, où les chefs d’Etat ou de gouvernement sont censés trouver une solution, ou du moins un premier accord de fond, sur la crise politique européenne autour de la migration et de l’asile.

Un sommet qui se présentait sous les plus mauvais auspices, vu l’incapacité à s’entendre de pays aux intérêts divergents : les Etats de première ligne comme l’Italie, qui se considèrent comme débordés, et les pays les plus opposés à une solidarité dans le partage des demandeurs d’asile, comme la Hongrie ou la Pologne. Ajouté à cela l’arrivée au pouvoir de partis d’extrême droite, de droite radicale ou populiste (en Italie, Autriche), et le tangage au sein de la coalition allemande où la CSU bavaroise veut forcer des solutions plus radicales de renvoi de migrants, au risque de faire tomber la chancelière Angela Merkel, et tous les ingrédients étaient réunis pour un gigantesque échec du Conseil européen de la semaine prochaine.

D’où la convocation de ce mini-sommet, étonnamment organisé et annoncé par le président de la Commission Juncker, et non par le président du Conseil européen Donald Tusk, dont le rôle principal consiste précisément à coordonner les travaux et organiser les réunions des chefs d’Etat ou de gouvernement.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cette maison de Ashkelon, dans le sud d’Israël a été détruite par des tirs de roquette.

    Gaza-Israel: coup contre coup

  2. Paraissant un temps encaisser les critiques sans broncher suite aux cérémonies de l’anniversaire de l’Armistice, le locataire de la Maison Blanche a attendu mardi matin pour dégainer son arme préférée, Twitter.

    Pour Donald Trump, la vengeance contre Emmanuel Macron se mange froid sur Twitter

  3. Willy Demyer, bourgmestre de Liège, mise sur «
des milliers d’emplois directs et indirects».

    Alibaba sera-t-il un gros pourvoyeur d’emplois en Wallonie? Le secteur est sceptique

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Football Leaks : nettoyer la boue pour retrouver l’innocence du jeu

    Dix jours et on a l’impression que la boue n’en finit plus de couler. Cela fait maintenant dix jours que l’opération Football Leaks déverse son torrent d’informations sur la planète foot. De là à l’ébranler, rien n’est moins sûr tant cette jungle économique a appris à courber l’échine quand souffle la tempête. Pourtant, le rythme des nouvelles ne baisse pas et touche tous les pans du sport roi. Après les hautes instances, incapables de faire appliquer leurs propres règles, après les combines des grands clubs soutenus par l’argent du Golfe...

    Lire la suite