Déraillement à Neufville: une vitesse excessive en cause

Edition numérique des abonnés

Le train de passagers qui a déraillé à vide, le 8 juin dernier à Neufville, a dévié de sa trajectoire « en raison d’une vitesse excessive à hauteur d’un aiguillage », d’après les premières analyses des données enregistrées à bord du train. L’accident a provoqué des dégâts évalués à plus de deux millions d’euros.

D’après les premiers constats, le déraillement est dû à une vitesse excessive à hauteur d’un aiguillage à Neufville, alors que le train circulait sur la ligne 96 Mons-Bruxelles.

L’enquête se poursuit pour faire la lumière sur d’éventuelles causes indirectes, selon un document publié mercredi sur le site web du SPF Mobilité et Transports.

Le conducteur du train, qui ne transportait aucun passager, avait été blessé et transporté à l’hôpital. La circulation ferroviaire n’avait pu reprendre complètement sur la ligne qu’une semaine après l’accident.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite