Accueil

Panama Papers: la chute de Mossack Fonseca, vécue de l’intérieur

Une nouvelle fuite au sein du cabinet panaméen nous a permis de reconstituer les derniers jours de sa vie. Depuis le moment où il découvre que des journalistes ont mis la main sur des données lui appartenant jusqu’à la fermeture de ses bureaux.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 9 min

L’impensable s’est produit. Le 9 mars 2016, Mossack Fonseca découvre que quelqu’un est parvenu à copier une quantité astronomique de données de son système informatique. Et que ces données sont désormais dans les mains de journalistes.

Imaginez la secousse pour ce cabinet panaméen qui a fait de la confidentialité (certains diront l’opacité) son maître mot. Spécialisé dans la création et la gestion de sociétés offshore dans les paradis fiscaux les plus notoires, Mossack Fonseca est le gardien des secrets financiers de diverses célébrités, d’oligarques, d’illustres inconnus ou de criminels. Des secrets qui sont en train de lui échapper…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par PHILIPPE MARCHAL, jeudi 21 juin 2018, 8:22

    Même si les remarques concernant la forme peuvent paraître un peu futile face à l'énormité du contenu de cette information, je tenais à signaler que la conjonction "sans que" s'utilise avec le subjonctif et que le subjonctif présent de l'auxiliaire "avoir" à la première personne est bien: "que j'aie". ("...sans que j’aie (sic) donné mon accord" )

  • Posté par Counasse Xavier, jeudi 21 juin 2018, 11:24

    Merci pour votre remarque. Dans le mail original, la personne que nous citons a écrit "sans que j'ai donné". Pour signaler que nous avions remarqué l'erreur, sans toutefois la modifier, nous avons ajouté un (sic) dans le texte. Puis un correcteur/relecteur a dû passer par là, et ajouter le "e" nécessaire, sans enlever le (sic). Ce qui n'a plus de sens, évidemment. Nous allons rectifier le tir de ce pas, et revenir à la version initiale.

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs