Accueil Société

La Belgique participe à un projet pilote de déradicalisation en prison

Le programme consiste en une approche psychologique basée sur le concept de « désistance » (sortie de la délinquance et de la criminalité).

Temps de lecture: 1 min

La Belgique participera dès septembre à un projet pilote européen de déradicalisation en prison baptisé « Césure », a indiqué le ministre en charge de l’aide aux détenus au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rachid Madrane (PS) à la Dernière Heure.

«  C’est un programme individuel et systématique long de neuf mois qui consiste à travailler sur le désengagement des détenus radicalisés en prison », explique Rachid Madrane. L’outil est financé par l’Union européenne et l’université de Liège, ajoute-t-il.

À lire aussi Fusillade à Liège: quels moyens pour lutter contre le radicalisme en prison?

Le programme a été mis en place en France et sera désormais testé en Belgique et en Italie. Il consiste en une approche psychologique basée sur le concept de « désistance » (sortie de la délinquance et de la criminalité, NDLR).

Sur base volontaire

Dès septembre, une quinzaine de travailleurs des services psychosociaux des prisons du Caprev (Centre d’aide et de prise en charge de toute personne concernée par les extrémismes et radicalismes violents) et du service d’aides aux détenus seront formés au dispositif. Au total, 20 détenus condamnés pour terrorisme ou radicalisés seront concernés, tous sur base volontaire.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 22 juin 2018, 9:33

    Argent gaspillé pour se donner bonne conscience

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko