Accueil Belgique Politique

Elections: pourquoi l’interdiction d’afficher aux fenêtres fait polémique en Wallonie

Il est interdit aux locataires d’apposer des affiches électorales sans autorisation de leur propriétaire. La disposition fait polémique, et le président de l’Union des villes et communes monte au créneau.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Est-on encore libre d’apposer à sa fenêtre l’affiche d’un parti politique ou la figure d’un candidat en période préélectorale ? En Wallonie, une législation récemment transposée dans des arrêtés de police laisse planer un doute sur ces questions qui relèvent d’un droit fondamental inscrit dans la constitution : la liberté d’expression. En cause : une imprécision dans le texte qui régit l’affichage durant les trois mois précédant le scrutin, et qui n’entrera donc en application que le 14 juillet prochain. On y lit en effet que pour pouvoir apposer des inscriptions, reproductions de photos, tracts ou papillons à usage électoral sur leurs façades, pignons, murs, clôtures, bornes, poteaux ou panneaux (sic), les locataires devront en avoir préalablement obtenu l’autorisation écrite de leur propriétaire. Interdit de placer une affiche à sa fenêtre ? Cela est laissé à l’appréciation de chacun, et donc aussi à celle du tribunal qui aurait à se pencher là-dessus.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 23 juin 2018, 8:56

    C'est vrai qu'il y a tous les logements sociaux qui offrent autant de potentialités pour les affiches PS.

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 26 juin 2018, 9:25

    @petitjeanmarierose : En effet, soyons de bon compte : des potentialités pour toutes celles et ceux qui pourront faire croire aux bénéficiaires qu'ils.elles y sont pour quelque chose dans l'obtention (ou le maintien) de leur droit au logement social.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 23 juin 2018, 22:15

    Idem là où le MR a le pouvoir ! Et tout aussi détestable !

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs