Penalty pour la Suède face à l’Allemagne? Les images laissent peu de doutes (photos)

© Reuters
© Reuters

On le sait, les Allemands jouaient gros ce samedi soir. Une défaite face à la Suède lors de cette deuxième journée et c’était l’élimination. Et les champions du monde en titre ont été bien aidés par l’arbitrage en première période.

À la 14e minute, Berg s’en allait seul vers le gardien allemand Manuel Neuer lorsqu’il était arrêté fautivement dans le rectangle par Jérôme Boateng, qui ne touchait pas le ballon. Malgré l’effarement de l’attaquant suédois, au tapis, ni l’arbitre de la rencontre ni le VAR ne revenaient sur cette phase pourtant claire…

Edition numérique des abonnés

Edition numérique des abonnés

Edition numérique des abonnés

Cela ne suffisait toutefois pas aux Allemands, car les Suédois ouvraient quand même finalement le score à la demi-heure de jeu.

► Les dernières informations sur la Coupe du monde en direct.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les héros de Stan Lee vont rassembler une véritable communauté de lecteurs. Jusqu’à conquérir le grand écran.

    Stan Lee, dieu disparu des superhéros

  2. MAF SPORTKOT ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Un cercle louvaniste sous le coup d’une instruction judiciaire: tout ce qu’il faut savoir

  3. Pour la fin du siècle, l’élévation du niveau de la mer pourrait atteindre un mètre.

    Le point de non-retour approche pour les calottes glaciaires

Chroniques
  • La nouvelle affaire Pétain

    Il paraît qu’Emmanuel Macron, président de la République française de son état, a commis une gaffe politique monumentale en associant le maréchal Pétain à l’hommage qu’il était prévu de rendre, aux Invalides, aux grands chefs de la Grande Guerre à l’occasion du 11 novembre.

    Donc, il fallait le gratter. L’effacer. Comme, en URSS, sous Staline, on effaçait Trotski des photos où il figurait aux côtés de Lénine. Evanoui, parti en fumée Trotski ! Son présent valait éradication, même visuelle, de son passé. Puisqu’il n’était plus, il n’avait pas été. Il ne devait pas avoir été. Son absence, après 1927, valait annulation de sa présence en 1917.

    C’est, logiquement, ce qu’exigeaient les protestataires qui s’offusquèrent que Pétain soit associé à l’hommage collectif rendu aux maréchaux de la Grande Guerre...

    Lire la suite

  • Le «Nous» de combat de Macron et Merkel

    O n gardera, de ce jour, l’image de 84 chefs d’Etat et de gouvernement qui étaient hier des nations belligérantes. Ce qui demeure incertain dans l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image. Sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les nations ? Ou la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre  ? » C’est sur ce terrible doute que le président Emmanuel Macron a ouvert le Forum de Paris pour la...

    Lire la suite