Accueil Monde Europe

Migration: un mini-sommet très mal emmanché

Une partie des dirigeants européens se réunit ce dimanche pour tenter d’accorder leurs points de vue sur la migration. Mais les échanges d’invectives samedi entre Paris et Rome n’ont fait qu’accroître la tension.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 7 min

Désaccords sur le fond, désaccords sur la forme, échanges d’invectives… Rarement réunion européenne aura été si mal emmanchée que ce « mini-sommet » informel sur la migration qui se tiendra ce dimanche après-midi à Bruxelles. Ce sera au siège de la Commission européenne puisque c’est son président Jean-Claude Juncker qui l’a convoqué. Une initiative inhabituelle, puisqu’un Conseil européen (réunion des 28 chefs d’Etat ou de gouvernement) ordinaire est prévu ces jeudi et vendredi, dont la migration constituera le sujet majeur et devait donner lieu à une explication générale entre dirigeants européens.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Bachelart Bernard, dimanche 24 juin 2018, 22:17

    Si l'on dépensait moins d'argent à déstabiliser des gouvernements au Moyen-Orient et plus d'argent à envoyer des contraceptifs et des manuels de contrôle des naissances en Afrique, il n'y aurait pas de problèmes de migrations massives.

  • Posté par Björn Deckers, dimanche 24 juin 2018, 18:31

    L'UE européenne est condamnée à trouver un accord sur cette question. La gestion par Etat ne serait pas plus aisée que la gestion en commun. Cela dit, si je n'approuve pas le nouveau ministre italien de l'intérieur, loin s'en faut, force est de constater que depuis plusieurs années, l'UE avec un règlement absurde (Dublin) a laissé la Grèce et l'Italie dans une situation de double crise budgétaire et migratoire et que la gifle italienne n'est pas volée! Dans le même temps, il est temps, et là, j'applaudis M. Macron de constater l'attitude inqualifiable des pays de VISEGRAD (Pologne, Hongrie, Tchéquie et Slovaquie). Je dis bien : inqualifiable! Jusqu'à quand le cirque va-t-il continuer? Ces pays engrangent les plus plantureuses subventions européennes, dans le même temps, il nous mènent un concurrence féroce et mortifère, y compris sur nos territoires via la directive travailleurs détachés. Et quand il s'agit de leur part de faire un minimum preuve de solidarité (il n'y a quasiment pas de migrants dans ces pays et la plupart des demandeurs d'asiles ne sont pas forcément demandeur pour aller dans ces pays racistes!!!), ils nous mènent en bateau. Il est temps que cela cesse ou que ces pays prennent leurs responsabilités à l'image de la Grande-Bretagne! L'élargissement de l'UE était une double c...! Non seulement depuis qu'on est passé à 25 et plus il n'y a plus moyen de rien faire tant l'unanimité reste la règle, mais en plus les pays de VISEGRAD sont entré pour l'Europe bancontact, sans la moindre bonne volonté!

  • Posté par christian collin, dimanche 24 juin 2018, 13:33

    La perméabilité des frontières extérieures de l'Europe conduira inévitablement au rétablissement des frontières intérieures.

  • Posté par Dopchie Henri, dimanche 24 juin 2018, 19:03

    Mais bien sûr! Alors, pourquoi ne pas rendre à chaque pays sa liberté d'action en matière d'immigration?

  • Posté par Eric Lavenne, dimanche 24 juin 2018, 11:51

    A lire cet article; ON pourrait s'avancer à émettre une corrélation entre une l'UE fractionnaire et son propre "délitement" Mais à cette heure ; rien n'a encore filtré(que je sache)

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs