La Serbie dépose une plainte auprès de la Fifa contre l’arbitre allemand Brych

© Reporters/DPA
© Reporters/DPA

La Serbie a déposé une plainte officielle auprès de la fédération internationale de football au sujet de l’arbitre allemand Felix Brych. Celui-ci avait été désigné pour diriger le match de Coupe du monde Serbie-Suisse, vendredi à Kaliningrad. Les Suisses s’étaient imposés en tout fin de match 1-2.

«De nombreux reportages des médias du monde entier, et en particulier les images vidéo de toutes les situations litigieuses tout au long du match, prouvent le fait que nous avons subi de graves dommages lors de ce match», a déclaré la fédération serbe de football dans un communiqué publié tard samedi.

«Il n’est pas clair pour nous comment un arbitre allemand peut même être sélectionné pour un match entre la Suisse et la Serbie si l’on sait généralement que l’un des cantons fédéraux suisses est un canton allemand», a-t-elle ajouté dans sa protestation.

La Serbie estime qu’Aleksandar Mitrovic a été malmené dans la surface de réparation et aurait dû bénéficier d’un penalty, mais l’arbitre vidéo n’est pas intervenu. «La question légitime se pose de savoir si les deux poids, deux mesures ont été d’application et si l’assistance vidéo n’a été utilisée que de manière sélective», peut-on encore lire dans le communiqué serbe.

La Serbie a aussi été irritée par les buteurs suisses Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri, tous deux d’origine kosovare, et albanophones, qui ont célébré leurs buts en effectuant des gestes pro-albanais (aigle albanais avec les mains croisées devant la poitrine). Le Kosovo, albanophone, a déclaré en 2008 son indépendance de la Serbie. Un fait jamais reconnu officiellement par les Serbes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite