Accueil Opinions

Fierté nationale

On peut aimer ce Royaume – on y vit bien. De là à en être fiers… Le carnet du samedi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C’était rituel. Le 11 novembre, chaque école du quartier dépêchait une classe au monument aux morts. C’était le fruit d’un arrangement entre la municipalité et les écoles du cru, pour gratifier le pluvieux cérémonial d’un peu de public. Le bourgmestre rendait hommage à quelques soldats perdus dans un conflit dont personne ne nous avait encore rien dit. Quant à l’hymne national, interprété par quatre sous-musiciens de provinciale 4, il faisait gondoler les mioches.

Le fait est là, n’est-ce pas : si la Marseillaise, l’hymne russe ou le « Dieu sauve la reine » invitent à lever le menton, à gonfler les poumons et à mourir pour le pays, la Brabançonne évoquait plutôt, dans notre esprit enfantin, le train arrière d’un hippopotame déambulant vers l’heure de la sieste.

Po, pom, po, pôôôôm…

Et on riait.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs